World Fantasy Award

Lignes de vie - Graham Joyce

Lignes de vieUn enfant nait:
Au lendemain de la seconde guerre mondiale, la ville de Coventry se remet avec application des bombardements qui l'ont pratiquement rasée.
Martha Vine, matriarche d'une maisonnée de sept âmes, aura fort à faire dans ces temps de changements pour gérer les caractères diamétralements opposés de ses sept filles.
Surtout quand la cadette, Cassie, rentre à la maison avec un petit bout d'chou prénommé Franck qui semble avoir hérité de l'étrange talent familial.

Puis il grandit:
Que dire d'un roman qui a reçu tant de prix (liste en fin d'article)...
Qu'il est bien ecrit, avec des mots soigneusement choisis pour faire ressortir une émotion particulière selon le bon vouloir de l'écrivain. Un auteur qui dépeint d'ailleurs avec beaucoup de justesse et d'amour cette tranche de vie qui caractérise les enfants jusqu'à leur dix ans.
Une agréable parenthèse de calme et de tendresse familiale où l'imaginaire n'est présent qu'au compte-goutte.
Mais voilà, pour deux Grand Prix de l'Imaginaire, deux prix Masterton ET un World Fantasy Award nous sommes en droit de nous demander où se trouve toute cette imagination et cette "fantasy" ? Edulcorée certe, quasi-inexistante c'est certain.
Lignes de vie ressemble quand même à une version écrite d'un épisode de Notre belle famille: une mère qui essaie de rabibocher ses filles qui se chamaillent, des tromperies, un peu de politique et le tout soupoudré d'un peu d'amour libre.
A conseiller aux lecteurs voulant déposer les haches et autres pieux pour un temps et se blottir au sein d'un cocon familial appaisant.

-World Fantasy Award en 2003
-Prix Masterton en 2006 et 2009
-Grand prix de l'Imaginaire (catégories: meilleur roman étranger ET meilleur traduction)

Bérenger

Les aventures de Maitre Li et Boeuf Numéro Dix - Barry Hughart

LamagnificencedesoiseauxUn besoin ?Lalegendedelapierre
Votre village est la cible d'une maladie qui sait compter ? Un prince vieux de sept siècle (et demi !) met votre vallée à feu et à sang ? Une goule vampire vous fait rater LE record de décapitation ?
N'hésitez plus ! Et faites appel au Sherlock Holmes chinois, alcoolique et centenaire le plus réputé de tout l'empire j'ai nommé Maitre Li, ainsi que son fidèle mais néanmoins puissant assistant (et ancien client) Boeuf Numéro Dix !
Ensemble ils traqueront l'objet de votre affliction: du tueur en série à votre parchemin contrefait, d'une racine de ginseng à un vieil ermite et même des fantômes et des dieux s'il le fallait !

Une solution:
La magnificence des oiseaux, premier roman de cette trilogie des "Aventures de maitre Li et Boeuf numéro dix", a été salué par le World Fantasy Award.
Dans la même veine qu'un Terry Pratchett, bien que moins burlesque mais tout autant extravagant, les aventures de nos deux compères satisferont tous amateurs d'enquêtes farfelues, d'actions haletantes et de rebondissements parfois surprenants.
Si quelques "chinoiseries" nous font parfois perdre le fil, ce n'est que pour étoffer l'arrière-plan culturel et singulier de cet auguste pays qu'est l'empire du milieu.
La légende de la pierre (mon coup de coeur) et Huit honorables magiciens poursuivent et cloturent (respectivement) cette sympathique saga.Huithonorablesmagiciens

- World Fantasy Award (pour La magnificence des oiseaux)

Bérenger

Gloriana ou La reine inassouvie - Michael Moorcock

glorianaoulareineinassouvie.jpg

Pour faire court:glorianaoulareineinassouvie.jpg

De la taille d'une géante aux cheveux de feu, Gloriana règne sur Albion. La cour vit au rythme de cette reine de vertu, mais le fardeau du gouvernement repose sur les épaules du chancelier Montfallcon et son réseau d'espions et d'assassins. Parmi eux, le plus retors, la plus efficace de ses âmes damnées et surtout le plus énigmatique: le capitaine Quire. Et pendant que Gloriana se languit dans son palais creusé de souterrains mystérieux cachant mille dangers, Quire, l'insatiable prince du vice trame dans l'ombre l'écheveau complexe de ses intrigues.

 

Plus en détail:

Long. Voilà qui décrit en un mot ce roman de Michael Moorcock. Rythmé par la découverte de cette Albion qui n'est pas l'Angleterre, l'histoire s'essouffle ensuite dans des intrigues parfois longues à se mettre en place et dont les résultats ne se font pas bien ressentir. La fin, au suspens en dent de scie, peine à rattraper le retard déjà accumulé. Néanmoins cette uchronie fantastique, étrange et brillante, ce conte de fées cruel et pervers a été écrit avec la plus chatoyante des plumes de Michael Moorcock. Nous sommes bien loin de la saga d'Elric, et c'est tant mieux.

 

World Fantasy Award - Meilleur roman 1979

Bérenger.