S.G. Browne

Le jour où les zombies ont dévoré le père noël - S.G. Browne

Le jour ou les zombies ont dévoré le pêre noelBientôt les fêtes de fin d'année:
Andy, le plus célèbre des zombies, a passé une bien triste année enfermé dans un laboratoire à subir quantités de tests expérimentaux.
Mais il ne faut jamais sous-estimer la magie de Noël car subitement, il parvient à s'échapper !..
...Pour se retrouver à déambuler en costume de père noël au milieu d'une ville de l'Oregon, avec une petite fille convaincue qu'il est le VRAI père Noël.

Oh oui ! Et aussi par une bande de partisans en décompostions qui exigent qu'il reprenne son rôle de leader des zombies.


Une petite recette surprise:
Après l'énergie grisante de ses débuts (les copains, les soirées, LA fille) vient  l'assagissement de l'adulte et du père.
Ce pauvre Andy va se voir confronté à: un monde qui a tiré les enseignements de la précédente "révolte zombiesque" et à un passé ressurgissant à travers les yeux d'une enfant.
Rassurez-vous, on retrouve le ton décalé du premier opus mais avec un peu plus de bons sentiments (Noël oblige). L'histoire est toute aussi sympathique bien que moitié moins longue que Comment j'ai cuisiné mon père, ma mère et retrouvé l'amour.

Ce qui en fait un bien joli cadeau à offrir aux grands enfants qui n'ont pas tous été sages.

Bérenger

Comment j'ai cuisiné mon père, ma mère et retrouvé l'amour - S.G. Browne

commentjaicuisinemonpere.jpg

D'une bouchée:
Andy est mort. Andy est ressuscité. Vive Andy ! Joie, liesse et paix sur la Terre !...
Non. Andy boite (à cause de sa jambe quasi arrachée lors de l'accident de voiture) et Andy ne parle plus (car le pare-brise a voulu garder un souvenir de lui).
Et puis, Andy est laid. Atrocement mutilé et pourrissant sur pied, il est l'image holywoodienne du mort-vivant cannibale par excellence.
Ses parents, de bons parents, l'autorisent à vivre enfermé dans la cave avec les bouteilles de vin et le sortent pour sa réunion mensuelle des MVA (Morts-vivants anonymes).
Mais Andy veut plus. Quoi ? Il ne le sait pas encore. L'amour ? La reconnaissance ? Des droits ? Encore un peu de chevreuil ?

On se baffre:
Drôle, attendrissant et délicieusement morbide, ce roman de S.G. Browne est un véritable banquet.
Inventif, rythmé, surprenant, passionnant; seul mon manque de vocabulaire met un terme à cet éloge.
On a l'eau à la bouche dès les première lignes et on n'en démord pas avant le dernier signe de ponctuation.
Pour preuve, 2 jours après l'avoir entamé, j'en avais dévoré la dernière miette.
Simplement succulent.
...
A la limte un peu court, mais Mirobole Editions annonce déjà "Le jour où les zombies ont dévoré le Père Noël" pour Décembre 2013.
Juste le temps de refaire de la place.
A consommer sans aucune modération.
Bon appétit !

Bérenger