Mirobole editions

Comment j'ai cuisiné mon père, ma mère et retrouvé l'amour - S.G. Browne

commentjaicuisinemonpere.jpg

D'une bouchée:
Andy est mort. Andy est ressuscité. Vive Andy ! Joie, liesse et paix sur la Terre !...
Non. Andy boite (à cause de sa jambe quasi arrachée lors de l'accident de voiture) et Andy ne parle plus (car le pare-brise a voulu garder un souvenir de lui).
Et puis, Andy est laid. Atrocement mutilé et pourrissant sur pied, il est l'image holywoodienne du mort-vivant cannibale par excellence.
Ses parents, de bons parents, l'autorisent à vivre enfermé dans la cave avec les bouteilles de vin et le sortent pour sa réunion mensuelle des MVA (Morts-vivants anonymes).
Mais Andy veut plus. Quoi ? Il ne le sait pas encore. L'amour ? La reconnaissance ? Des droits ? Encore un peu de chevreuil ?

On se baffre:
Drôle, attendrissant et délicieusement morbide, ce roman de S.G. Browne est un véritable banquet.
Inventif, rythmé, surprenant, passionnant; seul mon manque de vocabulaire met un terme à cet éloge.
On a l'eau à la bouche dès les première lignes et on n'en démord pas avant le dernier signe de ponctuation.
Pour preuve, 2 jours après l'avoir entamé, j'en avais dévoré la dernière miette.
Simplement succulent.
...
A la limte un peu court, mais Mirobole Editions annonce déjà "Le jour où les zombies ont dévoré le Père Noël" pour Décembre 2013.
Juste le temps de refaire de la place.
A consommer sans aucune modération.
Bon appétit !

Bérenger

Je suis la reine - Anna Starobinets

jesuislareine.jpg

En bref:
Ce recueil d'histoires inquiétantes fait évoluer des personnages poignants dans une Russie contemporaine sombre et absurde.
6 nouvelles plus ou moins longues qui brouillent la frontière entre réel et imaginaire.



En détail:
"... histoires inquiétantes".
Perturbantes, dérangeantes et dégoûtantes,sont autant de mots qui illustreraient à merveille les histoires ici présentes.
Les Règles nous touchent car qui n'en a pas eu enfant ?
La Famille nous ouvre les yeux sur la capacité de l'Homme à se plier à des contraintes pour éviter la souffrance.
J'Attends est terriblement triste car on éprouve une pitié dégoutante pour son protagoniste.
Je trouve que le début de l'Agent est vraiment inquiétant et prenant, mais je dois avouer que je n'ai pas compis la fin (je serai friand de vos explications).
L'éternité selon Yacha est une nouvelle un peu fade par comparaison avec les autres. Dommage qu'elle close le recueil.
Je terminerai enfin par le texte qui donne son titre à ce recueil. Je suis la Reine est le summum du dérangeant et du glauque, de la violence et de l'énormité, de la souffrance et du mal-être.
Ce texte est à lui seul un condensé des sentiments dont, je l'espère, nous n'avons que très peu eu l'occasion de ressentir. Cette histoire vous laissera "transformé(e)".

Enfin, ne parlant pas couramment le russe, je tiens à féliciter le travail de traduction de Raphaëlle Pache qui nous rend accessible ces excellentes nouvelles écrites de la main d'Anna Starobinets.
Si vous souhaitez vous faire peur au coin du feu ouexpérimenter de nouveaux sentiments, Je suis la reine s'impose de lui-même.

Nous sommes  heureux de vous annoncer que ce titre vient d'intégrer la sélection officielle pour le Grand Prix de l'Imaginaire 2014.

Rendez-vous début juin pour connaître les lauréats.
La remise du Prix aura lieu à Saint-Malo, durant le festival Étonnants Voyageurs, du 7 au 9 juin 2014.
Je suis la reine est également finaliste du prix Masterton.

Bérenger

×