John Scalzi

Humanité divisée - John Scalzi

Humanite diviseeRésumé:
John Perry a ouvert les yeux aux habitants de la Terre: l'Union Coloniale s'en servait comme d'un vivier à colons et à soldats !
Outrés et ne souhaitant plus accorder leur confiance à leurs anciens protecteurs en disgrâce, les peuples de la Terre sont tentés de se rapprocher du Conclave (puissante fédération extraterrestre).
L'Union Coloniale doit maintenant se battre sur un nouveau terrain: la diplomatie. Ses ambassadeurs sont alors dépéchés aux quatres coins de la galaxie mais un mystérieux ennemi s'acharne à faire échouer tous leurs efforts !
C'est sans compter l'ingéniosité non conformiste du lieutenant Wilson... Mais sera-t'elle suffisante ?


Critique:
Que dire d'un recueil de nouvelles qui construisent un roman à part entière ?
Que dire d'histoires rythmées, drôles et aux personnages aussi intéressants qu'attachants ?

John Scalzi nous offre ce cadeaux: nous permettre de replonger avec délice dans l'univers du Vieil homme et la guerre.
Comme l'on retrouverait un vieil ami après une longue séparation, sans se rendre compte du temps qui a passé.
540 pages de retouvailles et de pur plaisir.
Et puis on se quitte à nouveau, heureux du moment partagé mais triste de ne plus se revoir avant longtemps.
Alors John, quand est-ce qu'on se retrouvera ?

Bérenger

Redshirts - John Scalzi

redshirts.jpg

Briefing:
Andrew Dahl vient d'être affecté à bord du prestigieux vaisseau amiral de l'Union Universelle, l'Intrépide, et il est fier de porter l'uniforme rouge d'enseigne.
Il ne va néanmoins pas tarder à découvrir, dans la douleur il va sans dire, qu'au cours des missions extra-véhiculaires les "redshirts" ont une fâcheuse tendance à mourir de façon spectaculaire.
Pou Andrew et ses compagnons, le message est limpide: 'ils veulent survivre à la couleur de leur tenue ils sont condamnés à résoudre ce mystère et à y trouver une parade.

Debriefing:
Loin de la saga de Space-Opera qui l'a fait connaitre chez nous, John Scalzi nous livre un nouveau roman étonnant et agréable, à l'image de son Impresario du troisième type.
Du premier il garde l'action spatiale explosive et du second le rythme et le ton décalé.
Un très bon divertissement en somme, qui vous initiera avec humour à la figuration dans les séries télévisées disons... Populaires.

Bérenger

Imprésario du troisième type - John Scalzi

impresariodutroisiemetype.jpgSynopsis:

Tom Stein est un jeune et brillant agent d'artistes à Hollywood. Ambitieux et fin négociateur, le plus gros contrat de sa vie va lui tomber dessus. Son nouveau client ? Le peuple des Yherajks, extraterrestres pacifiques qui souhaitent se présenter à nous. Mais les bonnes intentions ne suffisent pas. Car les Yherajk sont des...blobs: masses gélatineuses informes et puant atrocement. Qu'à cela ne tienne, Tom Stein, aidé d'un vieux chien et de son assisstante, va s'atteler à cette tâche cosmique et concevoir le plan de com' adéquat.

 

Mon avis:

Excellent ! Ce roman de John Scalzi se dévore d'une traite. Rondement écrit et sans aucun temps morts, les péripéties s'enchainent les unes après les autres. Drôles, tristes, enjouées ou violentes, les scènes sont percutantes. Le style sobre de l'auteur colle parfaitement à ce qu'on attendrai du personnage qui nous narre son histoire. Embarquer dans la galère d'un impresario hollywoodien n'a jamais été aussi divertissant et chronophage. En effet, une fois commencé, vous ne le lâcherez plus. A mettre entre toutes les mains...ou tentacules.

 

Bérenger.

Deus in machina - John Scalzi

DeusInMachina.jpgEn bref: 

Le capitaine du cuirassé Le Vertueux, Ean Tephe, a quelques soucis. Son unique source d'énergie est récalcitrante. Il va donc aller la fouetter. En entrant dans la chambre divine, il découvre un acolyte à terre, perdant tout son sang. Le dieu ricane en passant sa langue sur son sourire carnassier tandis que le prêtre et deux autres acolytes sont terrifiés. Et ce ne sera que le cadet des soucis du capitaine, car une mission d'importance capitale va lui être confiée. Une mission qui mettra sa foi a rude épreuve.

 

En détail:

En 140 pages John Scalzi nous embarque à bord d'une histoire de science-fiction dure et froide comme le vide sidéral, ou pire, comme le manque de foi. Ici foi et technologie ne font pas bon ménage et pourtant on se surprend à poursuivre notre lecture. On reconnaît peu le style de Scalzi, surtout sur la gestion des ellipses narratives mais l'histoire reste cohérente. Enfin, ce livre ne fait l'apologie d'aucune religion mais met en avant les dérives inhérentes au fanatisme. Une belle fable qui nous fait voyager un court instant bien loin de nos aspirations futuristes.

 

Bérenger

Le vieil homme et la guerre - John Scalzi

En bref:

John Perry a soixante-quinze ans lorsqu'il met sa femme en terre. Ses enfants ont bien grandi et ont eu à leur tour de beaux enfants. Il ne s'offre donc plus à lui qu'un bien étrange choix: finir ses vieux jours perclus de douleurs et peu à peu oublié de tous ou alors s'engager. Et puis après tout, pourquoi pas ? Que deviennent tous ces retraités qui ont signés avant lui ? Quels secrets cache l'Union de Défense Coloniale afin d'assurer notre sécurité dans un univers dont les nombreux occupants ne nous veulent pas que du bien ? Et puis si vous survivez aux dix années de service, vous avez le droit de vous établir dans une nouvelle colonie.

 

En détail:

Ce roman de John Scalzi démarre au quart de tour et passe ensuite à l'hyperpropulsion afin de nous projeter en plein milieu d'un conflit intersidéral. On se doute bien que l'UDC n'envoie pas des grabataires au front, et on se délecte de l'ébahissement de John Perry lorsqu'il découvre enfin le pot-aux-roses. Les brigades fantômes nous font découvrir une autre vision de la guerre. Enfin, Zoé nous raconte comment elle a vécu l'intrigue ayant eu lieu dans La dernière colonie. John Scalzi arrive à transmettre la personnalité du protagoniste à chaque phrase, dans le style autant que dans la narration. Il ne nous raconte pas une histoire. Nous la vivons. Cette petite série qui se voulait sans prétention se révêle sous nos yeux être une oeuvre parfaitement orchestrée.

 

Bérenger.