Graham Joyce

Les limites de l'enchantement - Graham Joyce

Les limites de l'enchantementLe vent souffle sur les collines:
1960, dans un village campagnard quelque part en Angleterre. Elevée et résidant avec "Maman" Cullen, Fern vit en osmose avec la nature et les esprits qui l'habitent.
Mais lorsque des hippies emménagent à côté de leur chaumière, dont elles ne peuvent plus payer le loyer, la réalité et le monde moderne choississent de se rappeler à leurs bons souvenirs.
Et malgré tout le bien que ces deux femmes ont pu causer, Fern va amèrement découvrir qu'il n'est pas si simple de trouver du réconfort auprès de ses voisins dans les moments de besoin...

Apportant son lot de sortilèges:
Plus adultes, plus de péripéties, plus d'intrigue et de fantastique, Les limites de l'enchantement m'ont réconcilé avec Graham Joyce.
Des sociétés secrètes à peine esquissées (normal me diriez-vous, par définition elles sont secrètes !); de la magie (en est-ce vraiement si elle provient de la nature ?); et surtout le plus grand des mystères: l'amour !
Celui d'une mère pour sa fille, d'une femme pour un homme et de façons plus générale d'une personne pour une autre.
C'est avec sa plume légère, simple (sans être simpliste) et rafraichissante que Graham Joyce nous emporte dans sa balade anglaise. Son thème de prédilection est encore une fois exposé avec succès, un moment de vie partagé avec le lecteur: l'amour, la mort, la joie et la tristesse.
A lire avec précautions, pour ne pas briser cette magnifique bulle d'humanité.

Bérenger

Lignes de vie - Graham Joyce

Lignes de vieUn enfant nait:
Au lendemain de la seconde guerre mondiale, la ville de Coventry se remet avec application des bombardements qui l'ont pratiquement rasée.
Martha Vine, matriarche d'une maisonnée de sept âmes, aura fort à faire dans ces temps de changements pour gérer les caractères diamétralements opposés de ses sept filles.
Surtout quand la cadette, Cassie, rentre à la maison avec un petit bout d'chou prénommé Franck qui semble avoir hérité de l'étrange talent familial.

Puis il grandit:
Que dire d'un roman qui a reçu tant de prix (liste en fin d'article)...
Qu'il est bien ecrit, avec des mots soigneusement choisis pour faire ressortir une émotion particulière selon le bon vouloir de l'écrivain. Un auteur qui dépeint d'ailleurs avec beaucoup de justesse et d'amour cette tranche de vie qui caractérise les enfants jusqu'à leur dix ans.
Une agréable parenthèse de calme et de tendresse familiale où l'imaginaire n'est présent qu'au compte-goutte.
Mais voilà, pour deux Grand Prix de l'Imaginaire, deux prix Masterton ET un World Fantasy Award nous sommes en droit de nous demander où se trouve toute cette imagination et cette "fantasy" ? Edulcorée certe, quasi-inexistante c'est certain.
Lignes de vie ressemble quand même à une version écrite d'un épisode de Notre belle famille: une mère qui essaie de rabibocher ses filles qui se chamaillent, des tromperies, un peu de politique et le tout soupoudré d'un peu d'amour libre.
A conseiller aux lecteurs voulant déposer les haches et autres pieux pour un temps et se blottir au sein d'un cocon familial appaisant.

-World Fantasy Award en 2003
-Prix Masterton en 2006 et 2009
-Grand prix de l'Imaginaire (catégories: meilleur roman étranger ET meilleur traduction)

Bérenger