Interview - Guillaume Besançon

Guillaume Besançon, organisateur du Salon du Fantastique, nous avait invité à couvrir cet évènement mais il poussa même la cordialité jusqu’à nous offrir une interview.

dsc-3642.jpgPA : Bonjour Guillaume, tout d’abord merci beaucoup de nous avoir invités à participer à cet évènement. Pouvez-vous vous présentez à nos lecteurs ?

Mr. Besançon : C’est moi qui vous remercie de vous être déplacés ! Et puis je pense qu’on peut se tutoyer hein !

PA : Ok ! Alors es-tu un lecteur ? Un joueur ?

Guillaume : La dernière saga que j’ai terminée est le Trône de fer. Concernant le jeu, j’ai attaqué à 10 ans avec la fameuse « boite rouge » de Donjons et Dragons !

PA : On a un peu révisé avant de venir mais il semble que tu sois multi-casquettes : organisateur du Salon du Fantastique, président de l’association « Promenons-nous dans les bois », créateur du magazine Jeu de rôle magazine, concepteur de jeu de société…  A ce rythme, tu dois surement vivre de tout ce travail ?

Guillaume : Et bien non ! Pas du tout ! J’ai un travail « à côté » de ma passion pour le jeu quel qu’il soit. Même si je me dois d’admettre que cela me prend beaucoup de mon temps. Trop peut-être en ce qui a concerné le Salon.

PA : C’était notre prochain sujet. La première du Salon du Fantastique sur les Champs-Elysées ? C’est vraiment « fantastique » d’avoir un lieu aussi prestigieux pour une première. Dévoile nous ton secret !

Guillaume : Chaque année, il y a un marché à Saint-Sulpice d’antiquité et je souhaitais organiser le Salon dans ce cadre. Je proposais chaque année mon projet mais il n’y avait jamais de suite. Cette année, comme tous les ans, je reprends contact avec l’organisateur du marché et il me signale qu’il n’est plus en charge de gérer cet évènement. Je présente alors mon projet au nouvel organisateur, Joël Garcia et il me dit : « Bah écoute Guillaume, je vais avoir un chapiteau de vide sur les Champs-Elysées dans 6 mois. Si tu le souhaites, il est à toi. » J’ai bondi sur l’occasion et en 6 mois d’organisation, nous avons mis en place ce Salon, les exposants et moi-même.

PA : A ce propos, comment c’est passé la gestion de cette pas-si-petite communauté ?

Guillaume : Très bien ! Tout le monde avait un immense plaisir de se voir réuni sous un même toit (chapiteau) pour faire partager leur passion avec le public. Je regrette un peu qu’il n’y ait pas eu plus de stand aux thèmes tel que le steam-punk ou la Science-fiction mais l’optique de ce premier Salon était de panacher les supports du Fantastique : des jeux de rôles/cartes/sociétés/plateaux, des livres et des bandes-dessinées, des créateurs de bijoux, de costumes, de déguisements…

PA : Président de l’association Promenons-nous dans les bois, peux-tu nous en dire un peu plus ?

Guillaume : Promenons-nous dans les bois est historiquement une association de GN (jeu de rôle Grandeur Nature). A ce propos, nous organisons un gigantesque GN dans l’univers du Trône de fer qui suscite déjà un énorme enthousiasme. J’ai d’ailleurs déjà quelques participants qui fabriquent des bannières mais aussi des ENGINS DE SIEGE !

PA : Le jeu de rôle donc. Un peu comme ton magazine Jeu de rôle magazine en somme ?

Guillaume : Exactement ! Débuté en Mai 2008, le magazine n’a eu de cesse d’évoluer afin de proposer un contenu varié mais toujours apprécié des joueurs. Il demande beaucoup de travail mais l’excellente interaction que nous avons avec notre communauté de lecteurs nous motive toujours plus à vous proposer un excellent contenu. Le numéro 20 est d’ailleurs un numéro miroir (il peut se lire dans les deux sens) spécial Artbook !

PA : Pfiou..! On commence à voir le bout du tunnel. Il nous reste encore le volet : « Créateur de jeux de société ». Que peux-tu nous dire sur cette facette de ton travail ?

Guillaume : Ha ! J’ai créé un jeu de société « Cité » dont je m’occupe seul et que j’auto-édite. Pour vous dire la vérité, ce n’est pas un véritable succès et je déconseille l’auto-édition. Néanmoins, je m’oriente de plus en plus vers la découverte de nouveau jeu. C’est pour cela que le label Le Joueur a été créé afin de promouvoir les jeunes talents. Notre stagiaire graphiste nous a un jour proposé une version Fantasy d’un jeu très connu (le « Mille-bornes », pour ne pas le citer). Après quelques parties de test en local, nous lui avons mis le pied à l’étrier et « L’aventure c’est dur ! »  semble s’en sortir plutôt bien.

PA : On lui souhaite de continuer ainsi sur la voie du succès. Comme ton temps est précieux, nous n’allons pas t’accaparer plus longtemps, mais as-tu de nouveaux projets dans ta besace ?

Guillaume : Effectivement, je m’occuperai sûrement de la partie Jeux du salon Geekopolis qui devrait avoir lieu fin Mai. Ce salon se présentera comme un parc d’attraction pour adultes ayant gardés leur âme d’enfant.

PA : Un dernier mot ?

Guillaume : Et maintenant, éteignez votre écran et allez jouer.

Bérenger

 

Promenons nous dans les bois Guillaume Besançon Le Joueur Jeu de rôle magazine

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau