Interview Daniel Sweren-Becker

Daniel Sweren-Becker est l'auteur de The Ones recemment paru aux Editions Hugo et Cie.

The Ones

Les "The Ones" sont des élus, des enfants quasi parfaits modifiés génétiquement. Lorsqu'ils deviennent hors-la-loi, la révolte gronde...

En partenariat avec les Editions Hugo et Cie, Polars Addict a pu réaliser une interview par email de l'auteur.

DSB interview

Polars Addict : Quelles sont vos lectures préférées ?
Daniel Sweren-Becker : Lonesome Dove, La Route, Les Cendres d’Angela, La 25ème heure, Anna Karénine, Non Coupable, Shoeless Joe, Les Outsiders, Hatchet, pour qui sonne le glas.

PA : Qu'est-ce qui vous a donné envie d'écrire ?
DSB : J’ai toujours aimé lire. J’ai été majeur de promotion en Littérature anglaise à l’université. J’ai également toujours adoré le cinéma, et j’ai convaincu la fac de me laisser écrire un scenario pour ma thèse. Je suis tombé amoureux de cet exercice, peut-être car il est très centré autour de la parole (je suis né et j’ai toujours vécu à New York, une ville où les gens sont bavards !). Ces premiers scenarii m’ont permis d’accéder à une carrière dans le milieu de la télé. D’ailleurs, The Ones a initialement été conçu comme un scenario de série télé. Heureusement que j’ai rencontré des personnes intelligentes qui m’ont convaincu qu’il fallait en faire un livre ! Et c’est ainsi que je suis devenu romancier.

PA : Quelles sont vos principales sources d'inspirations pour The Ones ?
DSB : J’ai lu un article dans Le New Yorker sur les modifications génétiques, et quand j’ai appris que chaque pays dans le monde possédait des lois différentes sur le sujet, j’en ai été complément retourné ! Cele me paraissait évident qu’une absence de coordination pourrait mener à de terribles conséquences. J’ai donc tout de suite voulu trouver un moyen d’en créer une histoire pour y faire réfléchir.

PA : En quoi votre histoire se démarque-t'elle d’œuvres comme "Les Brillants" de Marcus Sakey, "La nuit des enfants rois" de Bernard Lenteric (The Prodigies in English) ou plus simplement des questions d'intégration et de tolérance comme celle qui définissent la saga "X-men" des comics Marvel ?
DSB : Je ne connais pas bien ces références, et je ne suis pas un grand lecteur de comics, mais je commence à m’y intéresser. Je sais qu’il existe une grande tradition dans la littérature sur l’oppression allégorique. C’est vraiment un aspect que je voulais intégrer à mon livre, et tout particulièrement une problématique où le meilleur choix n’est pas une évidence. En fait, je pense que je suis obsédé par l’idée d’équité. Et les modifications génétiques me fascinent car je ne trouve pas de façon équitable de les mettre en application.  

PA : Pour celles et ceux qui liront votre livre dès ça sortie le 6 Octobre, auriez-vous un conseil de lecture ? Une pensée à garder en arrière plan ?
DSB : J’espère sincèrement que les lecteurs vont faire le rapprochement entre les événements du livre et ce que l’on rencontre aujourd’hui dans notre monde. Je pense que ce texte pose une question importante : préfère-t-on un monde libre ou un monde juste ? Et je peux vous dire que je n’ai toujours pas répondu à cette question moi-même. En fait, je pense qu’il n’existe pas une seule bonne et juste réponse. Mais je pense également que les méthodes que nous utilisons pour trouver un compromis entre le libre et le juste est une priorité pour notre monde. 

PA : Avez-vous des nouveaux projets ? Si oui, vers quels domaines s'orientent-ils ?
DSB : Je travaille actuellement sur deux projets très stimulants. L’un est une série télé qui explore l’obsession de notre société pour les médias, et les conséquences catastrophiques que cela peut engendrer. L’autre est un nouveau livre où le héros se retrouve au centre d’une grande conspiration médicale. Et bien sûr, je suis également en train de finir d’écrire le tome 2 de The Ones, et qui paraîtra à la rentrée prochaine. Son titre est The Equals. 

Polars Addict remercie l'auteur de s'être prêté au jeu et aux éditions Hugo et Cie pour la mise en relation.
Bérenger et Clément.
 

interview

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau