Actu, salons et interviews

Retrouvez ici l'actualité de la section SF Fantasy Fantastique ainsi que des interviews réalisées lors des salons de cette littérature de genre.

Polars-Addict au Salon du fantastique !

Samedi 27 Octobre, Polars-Addict était sur les Champs-Elysées pour découvrir le Salon du Fantastique. Sous un chapiteau d'environ 200 mètres de long, pour une cinquantaine de stands, le Salon du Fantastique s'étendait sur la plus belle avenue du monde.dsc-3536.jpg

dsc-3538.jpgsalon.jpg

Dans une ambiance détendue, le visiteur pouvait découvrir de nombreuses échoppes proposant moult artefacts qui, comme les personnes costumés, étaient plus axé Fantasy que Fantastique. Mais qu'importe, l'atmosphère était là. Vrai plus pour cette grande première, les organisateurs distribuaient des questionnaires pour gagner de petits lots, questionnaires comportant des questions dont seuls les propriétaires de stands connaissaient la réponse. C'était donc un très bon moyen pour engager la conversation avec cet homme-chat ou ce forgeron aux traits burinés par l'effort.cuir.jpg

armure.jpg

Mais trève de blabla, faisons un petit tour des participants ayant bien voulu répondre aux questions de Polars-Addict:

Jean-Luc Marcastel était présent au stand de la maison d'édition Matagot afin de dédicacer et d'expliquer ses œuvres: Louis le Galoup et La geste d'Alban. Orateur passionné et passionant, il nous conte avec une voix pleine de ferveur l'intrigue de ses romans et surtout de Louis le Galoup: « Dans une France moyenâgeuse, une faille mystique et ténébreuse sécrète une aura malfaisante libérant d'étranges et mortelles créatures dans les contrés environnantes. Louis et son frère, parti en forêt, se font piégés par une de ces créatures et Louis voit son frère succomber sous les coups rageurs de la bête. Quelque chose rompt en lui, le transformant en une de ces créatures honnis des villageois. Obligé de prendre la fuite, il se trouve une compagne d'infortune en la personne d'une rousse au tempérament brûlant et à l'attitude mystérieuse. Ils s'engagent alors vers un voyage à la destination inconnue, pourchassés par d'étranges pisteurs... »

Le vrai plus de ses livres sont les magnifiques illustrations qui les décorent et qui participent à l'immersion dans cette France sombre et fantastique.

darioalcide.jpgNon loin, nous trouvons Dario Alcide: auteur-scénariste et auto-éditeur. Grâce aux éditions Farence-Corp, il a publié l'univers de Farence et Pentacle. Là où la trilogie de Farence est plus axé Fantasy Jeunesse, Pentacle se place, des propres mots de l'auteur, comme un roman d'Urban Fantasy.

Cet auteur et à travers lui cette maison d'éditions, ont une particularité: celle de proposer des versions et des dédicaces numériques !

louis.jpgPolars-Addict vous présente Louis, membre de l'association la Ligue Ludique.

P-A: Bonjour Louis, peux-tu te présenter ?

Louis: Je m'appelle Louis et je suis étudiant. Je suis membre de l'association la Ligue Ludique qui est une association qui promeut les jeu de rôle.

P-A: Jeu de rôle ? Lesquels ? Es-tu plutôt joueur ou meneur ?

Louis: J'aime bien jouer à Donjons et Dragons (que l'on ne présente plus) et à Z-corps (univers inspiré des films de zombis) mas je suis surtout meneur pour Les ombres d'Esteren le vendredi soir à La carte chance.

P-A: Les ombres d'Esteren ?

Louis: Cela fait un an que j'y joue et ça a été une véritable révélation pour moi.

P-A: Es-tu aussi un lecteur ? Si oui, quel est le dernier roman que tu as lu ?

Louis: Je suis un grand fan de Dan Simmons et j'ai dernièrement lu Hypérion et L'Echiquier du mal.

Intrigué par la fascination de Louis pour le jeu de rôle Les Ombres d'Esteren, nous avons dirigé nos pas vers le stand de ce jeu.

Interview - Les Ombres d'Esteren

Juste à coté, nous sommes frappés par la pléthore de jeux proposé au stand de La carte chance. Bien loin d'être un simple magasin, cet espace ludique situé dans le 9e arrondissement de Paris propose plus de 100 jeux en démonstration et en libre utilisation, ainsi que des Nocturnes le vendredi. Ces Nocturnes ne sont pas exclusivement réservé aux jeux de sociétés mais laisse aussi une place pour les jeux de rôles, notamment organisés par la Ligue Ludique.

mcbran.jpgPetite temporisation entre deux interviews à l'échoppe d'objets celtiques et féériques de la dame McBran. Nous y découvrons les « toucles »: boucles d'oreilles qui viennent faire le « tour » de l'oreille sans avoir besoin d'en avoir le lobe percé pour l'y faire tenir.

edemonium.jpgNous retounant, nous sommes immédiatement intrigués et donc attirés vers le stand d'Edemonium: gallerie et création de bijou-déco-curiosités depuis maintenant 13 ans. C'est d'ailleurs la charmante et troublante Barbara Perrier qui nous a permis de prendre une photographie des oeuvres présentes sur le salon.

Faisant volte-face, nous nous trouvons nez-à-nez avec la ravissante Léa.

dsc-3515.jpgP-A: Bonjour Léa, peux-tu te présenter pour nos lecteurs ?

Léa: Bonjour, comme vous le savez je m'appelle Léa et j'incarne l'elfe Galadriel, du Seigneur de anneaux. C'est d'ailleurs le dernier livre que j'ai lu car je joue aussi beaucoup aux jeux vidéos et notamment à Skyrim depuis qu'il est sorti. Bien que ce soit mon premier salon, je vais souvent à la Japan Expo en cosplay de Camille de Kick Ass.

P-A: Merci beaucoup Léa, un dernier mot ?

Léa: D'habitude je suis très timide !

Alors que nous nous apprêtions à prendre une petite pause bien méritée après toutes ces péripéties nous avons été surpris, sans défense, par le couple des DarkAnkh. Groupe d'électro-visual music composé de Cassandra Vamp et d'Olivier TheAnimol ils ont bien voulu répondre à nos timides questionnements.

dsc-3547.jpgP-A: Wouah ! Impressionnant. De suite une sensation de proie face à un prédateur nous envahi, que pouvez-vous nous divulguer concernant votre style ?

DarkAnkh: L'effet est voulu, nous sommes résolument orientés vers un style fantastique plutôt sombre.

P-A: Êtes-vous joueurs ? Lecteurs ?

DarkAnkh: Oui, bien sur ! Nous jouons à INS (In Nomine Satanis), à Vampires et à l'Appel de Chtulhu.

Cassandra: Dernièrement j'ai dévoré la Reine des Damnés d'Anne Rice.

Olivier: Je suis plus science-fiction, même si le dernier livre que j'ai lu est Frankenstein de Mary Shelley.

P-A: Un dernier mot ?

DarkAnkh: Notre dernier album de musique d'ambiance, The Rituel, est disponible en vente en ligne sur notre site.

Alors que nous étions spectateurs d'une partie de Loup-Garou, nous constatons la présence à nos côtés d'un étrange personnage: Stone.

dsc-3632.jpgP-A: Euh, bonjour ? Qui êtes-vous ?

Stone: Salutations, je suis Stone... Mais mon prénom c'est Lucas. Comme vous avez pu le constater, j'affectionne tout particulièrement le thème steam-punk et ça fait deux ans que j'ai créé le personnage de Stone.

P-A: Tu joues ? Lecteur peut-être ?

Lucas: Malheureusement je ne suis pas trop porté sur la lecture mais je suis un grand joueur de jeux de figurines comme Confrontation ou Warhammer

Sur ces dernières paroles Stone s'éloigne, reprenant sa quête.

Afin de terminer cette série de portrait, nous ne pouvions pas ne pas tenter d'interviewer "LE" personnage sans qui rien de tout cela n'aurait pu avoir lieu:

Interwiew - Guillaume Besançon

Arrivé(e) ENFIN à la fin de cet article, voici pour les plus courageux une visite "vidéo" du Salon !


Bérenger et Clément

Interview - Guillaume Besançon

Guillaume Besançon, organisateur du Salon du Fantastique, nous avait invité à couvrir cet évènement mais il poussa même la cordialité jusqu’à nous offrir une interview.

dsc-3642.jpgPA : Bonjour Guillaume, tout d’abord merci beaucoup de nous avoir invités à participer à cet évènement. Pouvez-vous vous présentez à nos lecteurs ?

Mr. Besançon : C’est moi qui vous remercie de vous être déplacés ! Et puis je pense qu’on peut se tutoyer hein !

PA : Ok ! Alors es-tu un lecteur ? Un joueur ?

Guillaume : La dernière saga que j’ai terminée est le Trône de fer. Concernant le jeu, j’ai attaqué à 10 ans avec la fameuse « boite rouge » de Donjons et Dragons !

PA : On a un peu révisé avant de venir mais il semble que tu sois multi-casquettes : organisateur du Salon du Fantastique, président de l’association « Promenons-nous dans les bois », créateur du magazine Jeu de rôle magazine, concepteur de jeu de société…  A ce rythme, tu dois surement vivre de tout ce travail ?

Guillaume : Et bien non ! Pas du tout ! J’ai un travail « à côté » de ma passion pour le jeu quel qu’il soit. Même si je me dois d’admettre que cela me prend beaucoup de mon temps. Trop peut-être en ce qui a concerné le Salon.

PA : C’était notre prochain sujet. La première du Salon du Fantastique sur les Champs-Elysées ? C’est vraiment « fantastique » d’avoir un lieu aussi prestigieux pour une première. Dévoile nous ton secret !

Guillaume : Chaque année, il y a un marché à Saint-Sulpice d’antiquité et je souhaitais organiser le Salon dans ce cadre. Je proposais chaque année mon projet mais il n’y avait jamais de suite. Cette année, comme tous les ans, je reprends contact avec l’organisateur du marché et il me signale qu’il n’est plus en charge de gérer cet évènement. Je présente alors mon projet au nouvel organisateur, Joël Garcia et il me dit : « Bah écoute Guillaume, je vais avoir un chapiteau de vide sur les Champs-Elysées dans 6 mois. Si tu le souhaites, il est à toi. » J’ai bondi sur l’occasion et en 6 mois d’organisation, nous avons mis en place ce Salon, les exposants et moi-même.

PA : A ce propos, comment c’est passé la gestion de cette pas-si-petite communauté ?

Guillaume : Très bien ! Tout le monde avait un immense plaisir de se voir réuni sous un même toit (chapiteau) pour faire partager leur passion avec le public. Je regrette un peu qu’il n’y ait pas eu plus de stand aux thèmes tel que le steam-punk ou la Science-fiction mais l’optique de ce premier Salon était de panacher les supports du Fantastique : des jeux de rôles/cartes/sociétés/plateaux, des livres et des bandes-dessinées, des créateurs de bijoux, de costumes, de déguisements…

PA : Président de l’association Promenons-nous dans les bois, peux-tu nous en dire un peu plus ?

Guillaume : Promenons-nous dans les bois est historiquement une association de GN (jeu de rôle Grandeur Nature). A ce propos, nous organisons un gigantesque GN dans l’univers du Trône de fer qui suscite déjà un énorme enthousiasme. J’ai d’ailleurs déjà quelques participants qui fabriquent des bannières mais aussi des ENGINS DE SIEGE !

PA : Le jeu de rôle donc. Un peu comme ton magazine Jeu de rôle magazine en somme ?

Guillaume : Exactement ! Débuté en Mai 2008, le magazine n’a eu de cesse d’évoluer afin de proposer un contenu varié mais toujours apprécié des joueurs. Il demande beaucoup de travail mais l’excellente interaction que nous avons avec notre communauté de lecteurs nous motive toujours plus à vous proposer un excellent contenu. Le numéro 20 est d’ailleurs un numéro miroir (il peut se lire dans les deux sens) spécial Artbook !

PA : Pfiou..! On commence à voir le bout du tunnel. Il nous reste encore le volet : « Créateur de jeux de société ». Que peux-tu nous dire sur cette facette de ton travail ?

Guillaume : Ha ! J’ai créé un jeu de société « Cité » dont je m’occupe seul et que j’auto-édite. Pour vous dire la vérité, ce n’est pas un véritable succès et je déconseille l’auto-édition. Néanmoins, je m’oriente de plus en plus vers la découverte de nouveau jeu. C’est pour cela que le label Le Joueur a été créé afin de promouvoir les jeunes talents. Notre stagiaire graphiste nous a un jour proposé une version Fantasy d’un jeu très connu (le « Mille-bornes », pour ne pas le citer). Après quelques parties de test en local, nous lui avons mis le pied à l’étrier et « L’aventure c’est dur ! »  semble s’en sortir plutôt bien.

PA : On lui souhaite de continuer ainsi sur la voie du succès. Comme ton temps est précieux, nous n’allons pas t’accaparer plus longtemps, mais as-tu de nouveaux projets dans ta besace ?

Guillaume : Effectivement, je m’occuperai sûrement de la partie Jeux du salon Geekopolis qui devrait avoir lieu fin Mai. Ce salon se présentera comme un parc d’attraction pour adultes ayant gardés leur âme d’enfant.

PA : Un dernier mot ?

Guillaume : Et maintenant, éteignez votre écran et allez jouer.

Bérenger

 

Interview - Les Ombres d'Esteren

Polars-Addict a eu l’infime plaisir de partager un bon moment avec le créateur du jeu de rôle Les Ombres d’Esteren. Comme nous ne sommes pas avare de notre temps (juste souvent en retard) nous vous en partageons une tranche.

Mais comme vous vous en doutiez, ce personnage avait beaucoup d’autres personnes à rencontrer. Nous avons donc amicalement passez le temps avec un des illustrateurs du jeu.

PA : Bonjour Christophe, pour se mettre à l’aise, parlez-nous de vous.

Christophe : Je ne suis pas un joueur de jeu de rôle mais j’aime lire de la science-fiction. Le dernier cycle que j’ai lu, si je me rappelle bien, c’était les Halo.

PA : Comment en êtes-vous arrivé à travailler avec Nelyhann ?

Christophe : On s’est connu au Salon du Jeu Vidéo il y a 3 ans. Enfin, on va plutôt dire que je l’ai connu. J’avais remarqué son jeu à l’époque car j’accrochais beaucoup à l’ambiance sombre et gothique à la limite de l’horrifique des Ombres d’Esteren. Bien que je ne sois pas un joueur de jeu de rôle, j’adore tout ce qui me permet de créer, ressentir, vivre une atmosphère.

PA : Il y a donc une véritable fusion entre jeu et dessin pour créer cette « atmosphère » propre aux Ombres ?

Christophe : Bien sûr ! Mais cela ne s’arrête pas là ! Un album a été créé spécialement pour le jeu et je travaille actuellement sur un jeu vidéo style point&click qui s’inscrit et participe directement à un de nos scénarios et dans une vision plus globale à notre campagne. Mais Nelyhann vous en parlera mieux que moi.

Et justement, quand on parle du loup…

PA : Bonjour, avant d’attaquer le gros morceau, si vous nous parliez un peu de vous ?

Je me surnomme Nelyhann et je suis, entre autres, le coordinateur de la gamme et le directeur artistique des Ombres d’Esteren.  J’ai fondé mon expérience de joueur en pratiquant assidument  Donjon et Dragon et notamment la seconde édition de Ravenloft, ce qui aurait tendance à expliquer mon affiliation au style de jeux orientés Horreur-Gothique. Je n’en délaisse pas moins les plaisirs de la lecture car j’adore les Séries Noires et je ne rate aucun Patricia Highsmith.

PA : Très bien, et vis-tu du jeu de rôle ou est-ce juste une passion ?

Nelyhann : Hahaha ! Non, je pense qu’il est très (trop ?) difficile de vivre du jeu de rôle et j’ai d’ailleurs un travail qui me permet de vivre convenablement et de profiter de ma passion.

PA : Ok, un dernier mot avant de parler des Ombres ?

Nelyhann : Je tenais à préciser que les Ombres d’Esteren a été traduit en anglais, ce qui est une véritable consécration pour un jeu de rôle de français, car beaucoup n’arrive pas à sortir du territoire national.

S’en est suivi une discussion à bâton rompus concernant les Ombres d’Esteren que je vais modestement tenter de vous retranscrire :

« L’ambiance »

Les Ombres d’Esteren c’est un peu comme si l’appel de Chtulhu s’était déroulé au Moyen-Age. De magnifiques illustrations (le manuel de jeu est TOUT couleur) très gothiques dessinent les contours de ce monde moyenâgeux qui s’inspire par bien des côtés du Frankenstein de Mary Shelley tout en laissant une place logique au steampunk par le biais d’une alter-science connu uniquement de l’élite.

Nous avons souhaité un monde rude où les personnages sont loin d’être des héros aux capacités inégalés par les simples mortels. Un peu comme dans la saga du Trône de fer, on ne se demande pas si l’on va réussir la mission mais plutôt : « Comment vais-je mourir ? ». De plus, le mystérieux est traité avec beaucoup de parcimonie. On ne trouve pas pléthores d’Elfes ou de Démons au coin de la rue. En Esteren, la vie est suffisamment dure pour ne pas se soucier des ombres difforment qui rodent au soleil couchant à l’orée des bois. On n’y va pas la nuit. Point à la ligne.

« Jeu véritablement cross-média »

L’ambiance joue un rôle essentiel dans les Ombres. Nous avons donc souhaité développer au maximum les opportunités de ressentir cette atmosphère. Les illustrations sont un classique dans les livres de jeux de rôle mais nous, nous proposons un livre tout en couleur. Nous avons aussi développé en partenariat avec Delphine Blois un album de chanson qui fait partie intégrante de notre jeu. Enfin, comme le disait Christophe précédemment, nous développons un jeu vidéo style point & click « L’héritage des McLyr » qui précède le premier scénario de notre campagne. Et les révélations qui vous serons faites dans le jeu auront un véritable impact sur le scénario du jeu « papier ».

« Du travail, encore du travail »

Au tout début du projet, nous étions 4. Puis le concept a attiré des artistes (comme ce fut le cas pour Christophe) et nous sommes finalement arrivés à une vingtaine de personnes dans l’équipe. Il nous aura ensuite fallu 4 ans pour voir notre projet sortir des presses de notre éditeur Agate RPG, qui n’édite d’ailleurs que nous.

Afin de promouvoir notre travail, nous avons lancé l’Esteren Tour, qui voyage depuis 2 ans maintenant en France mais aussi à l’étranger comme en Allemagne, en Belgique et aux USA.

« Un engouement massif »

Nous sommes aussi très contents du retour que nous avons de notre produit. Grâce notamment à notre Esteren Tour, nous avons noué des liens forts avec notre communauté qui n’a eu de cesse de s’agrandir. Ils nous retournent énormément d’informations et nous soutiennent avec leur passion afin que nous continuions tous cette belle aventure.

« Une petite partie ? »

Afin de faciliter l’accès aux Ombres d’Esteren, nous proposons le Livre 0 – Prologue en libre téléchargement. Ce Prologue était un véritable défi pour nous. En effet, nous avons réussi à faire tout faire tenir par groupes de 6 pages : 6 pages pour l’univers, 6 pages pour le système de jeu et 6 pages pour les personnages pré-tirés qui vous permettront de jouer aux trois scénarios de niveaux de difficulté croissants qui composent le reste de ce livre. Véritable stand-alone, il vous permet d’aborder la campagne en ayant une première expérience de l’univers des Ombres.

 

Allez, une dernière photo et c’était déjà fini.

ombresdesteren.jpgAvec de gauche à droite: Christophe, Nelyhann et Kathie, charmante membre de l'Esteren Tour.


Bérenger

Le salon du fantastique – du jeudi 25 au dimanche 28 Octobre 2012 – de 10h à 20h – Champs Elysées

La section SFFF de Polars Addict est fière d'être partenaire du Salon du Fantastique !

grand-rectangle-sf.jpg

Ce salon réunit toutes les grandes tendances de notre section et élargit encore plus son spectre d'horizons !

Durant ces 4 jours, au sein du cadre majestueux de la plus belle avenue du monde, le salon du fantastique et ses intervenants seront ravis de vous faire (re)découvrir ce que sont, à l'heure d'aujourd'hui, les mondes fantasmagoriques du fantastique, ceux plus épiques de l'Heroic-Fantasy et même ceux provenant du futur et donc de la Science-Fiction.

Mais le salon, c'est bien plus ! C'est même beaucoup plus ! C'est une véritable plongée vers tous les autres multivers gravitant autour de ces trois genres très génériques. Vous y croiserez donc des médiévistes en tenues d'époques mais aussi des joueurs de Jeux de Rôles dans leur costume préféré de GN (Grandeur Nature).

Si le public se veut hétéroclite, les intervenants le seront aussi ! En passant de l'auteur à l'éditeur et en s'arrêtant une seconde au stand de costumes médiévaux vous serez de suite transporté au pays de l'imaginaire. Et pour poursuivre l'expérience, rien de tel que de boire une chopine aux côtés des intervenants une fois leur journée finie afin de poursuivre l'aventure autour d'une table de jeu, que ce dernier soit de société, de cartes ou de rôle, qu'importe le moyen du moment qu'il y a l'amusement !

Planning des « soirées OFF »:

-Jeudi 25: soirée jeux aux Caves Alliées, 44 rue Grégoire de Tours

-Vendredi 26: soirée rencontres informelles au Dernier bar avant la fin du monde, 19 avenue Victoria

-Samedi 27: comme la veille

En parlant des auteurs, des éditeurs et des associations inscrites aujourd'hui au Salon, nous trouvons:

-Hachette -Blackmoon

-Matagot -Le Joueur -Ystari

Mais gageons que l'association Promenons-nous dans les Bois et son président Guillaume Besançon sauront trouver les mots afin de convaincre d'autres intervenants tout aussi prestigieux:

-Mnémos, Edilivre, J'ai lu, Castermann, Flammarion Jeunesse, Diable Vauvert, Rageot, Bayard Jeunesse, Camann-Lév

-Jactalea, Grosso Modo, La Carte Chance, Gigamic, Repos Prod

Localisation des lieux:

« Le chapiteau s'étirera du Métro Champs Elysées Clémenceau jusqu'au rond-point des Champs Elysées »

Pour ceux qui souhaite découvrir ce "fantastique" salon, voici les prix:

- les personnes costumées rentreront gratuitement !

-5 euros pour un passe journalier acheté à la FNAC ou sur place

-10 euros pour les 4 jours !

banniere-sf.jpg

Bérenger

La sélection SFFF de cet été 2012

En ce week-end de chassé-croisé, la rubrique Science-Fiction Fantasy Fantastique vous livre sa sélection estivale de romans. A lire pour prolonger ses vacances ou pour bien les commencer.

Science-Fiction: Martiens, go home! - Fredric Brownmartiensgohome.jpg

Les martiens sont là. Ils sont petits, verts et terriblement horripilants. Leurs indiscrétions et leur aversion pour le mensonge va transformer la vie de chaque terrien en un véritable enfer.
Petit livre qui, je vous le souhaite, se frayera un chemin dans n'importe quelle poches. Et qui, de plus, se lit très bien en terrasse.

Lire la critique complète sur Polars Addict: Martiens, go home! - Fredric Brown



Fantasy: La horde du contrevent - Alain Damasiolahordeducontrevent.jpg

Ils sont vingt-trois, et ils vont vous conter leur histoire. Chacun a été formé à une unique tâche assurant la survie de leur horde, ils doivent réussir là où tous ont échoué: trouver la source du vent.
Certe un peu épais pour l'emmener partout avec soi, ce livre est parfait pour une soirée conte au soleil couchant près d'un littoral bordé par les embruns.

Lire la critique complète sur Polars Addict: La horde du contrevent - Alain Damasio



Fantastique: Neverwhere - Neil Gaimanneverwhere.jpg

Richard Mayhew sauve une jeune fille. Une jeune fille du nom de Porte. Et c'est (sans mauvais jeu de mot) la porte ouverte vers un monde d'aventures qui se profile sur l'horizon de notre héros malgré lui.
Le co-auteur de De bon présages (De bons présages - Terry Pratchett et Neil Gaiman) nous livre ici un roman du même acabit (c'est à dire très bon). Et quoi de mieux qu'une action haletante se déroulant dans un Londres underground durant ces Jeux Olympiques ?

Lire la critique complète sur Polars Addict: Neverwhere - Neil Gaiman