David Peace

44 Jours, The Damned United

Avant-goût :

L'ascension et la chute, la gloire et les ténèbres. Brian Howard Clough a tout connu : la gloire en tant que buteur puis les ténèbres avec sa blessure au genou qui met un terme à sa carrière de joueur. L'ascension en tant qu'entraineur de Derby County, club qu'il fit gagner le championnat... La chute avec Leeds United, the Damned United, dont il ne resta entraineur que 44 jours...

Critique :

"44 jours" est une immersion complète dans le milieu du football anglais de la fin des années 70. Ce roman est à deux voix : celle du Brian Clough entraineur de Derby County, en italique et à la première personne et celle du Brian Clough entraineur de Leeds United, écrit à la 2eme personne. Brian veut que Leeds United devienne une équipe propre cela donne en substance "Vous pouvez mettre toutes vos coupes, tous vos trophés à la poubelle car elles ne valent rien du tout"... Le ton est très direct, Brian Clough étant une sacrée grande gueule il n'a pas peur de se mettre à dos son équipe et ses dirigeants...

Le style de David Peace est très particulier avec une sècheresse dans les paroles, une économie de mots dans les descriptions et de fort nombreuses répétitions... Un temps d'adaptation est vraiment nécessaire.

Au final "44 jours" est une grandiose épopée dans les coulisses du football mais le style de David Peace risque d'en rebuter plus d'un...

Note : 4 étoiles

44-jours.jpg

Red or Dead

Avant-goût :

L'histoire de l'entraineur mythique du Liverpool Football Club : Bill Shankly.

Chronique :

Après "44 Jours" qui retraçait une courte excursion de l'entraineur Brian Clough à Leeds United à la fin des années 1970, David Peace s'attaque cette fois-ci au mythe Bill Shankly, à sa longue carrière au sein de son club de coeur, Liverpool, et l'après-carrière aussi.

Le résultat est largement à la hauteur de l'homme dont il fait le portrait. Avec son style unique, David Peace immerge le lecteur dans le championnat anglais des années 70, à la conquête de chaque titre, quasiment match par match. On y voit l'évolution d'un manager incroyablement passionné par le ballon rond, on y croise aussi des légendes du club comme Kevin Keegan, Kenny Dalglish, Emlyn Hugues ou encore Ian Rush. Ce roman est un testament à une certaine idée du football, le football total, où l'équipe ne fait qu'un et pratique un beau jeu.

David Peace a énormément travaillé pour rendre ce portrait si vivant, en témoigne la longue liste d'ouvrages utilisés par l'auteur, et l'a rendu de façon unique. On est très loin de la biographie sans style et sans relief que l'on lit habituellement. Ici David Peace réalise une sorte de fiction composée quasi uniquement de faits réels. L'équivalent littéraire d'un biopic au cinéma.

Là où l'auteur divise est que ce pavé de plus de 700 pages (version poche) utilise un nombre incroyable de phrases répétées. C'est l'élément de base de l'ouvrage. Sur une seule page, le lecteur peut trouver la même phrase une dizaine fois. Ce style met en général de l'emphase à certaines actions, cela créé un rythme très particulier, quasiment lancinant. Une saison de football étant elle aussi très répétitive (entrainement match entrainement match), ce style y est bien adapté.
Par contre à certains moments, comme par exemple Bill Shankly se relève la nuit pour élaborer sa stratégie de match avec des fourchettes et des cuillères, ce genre de répétition n'apporte pas grand chose et peut frustrer certains lecteurs.

Au final, David Peace réalise avec Red or Dead un portrait passionnant au prix d'un style qui en rebutera plus d'un.

Note : 4 étoiles

Red or Dead - David Peace

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau