Nirvanas, Paul

Psychiko

Avant-goût :

Un jeune homme rêve d'une vie romantique et pour cela sa grande idée est de se faire accuser d'un meurtre qu'il n'a pas commis.

Chronique :

Pour apprécier pleinement "Psychiko" de Paul Nirvanas (pseudonyme) il faut bien comprendre le contexte et ne pas juger le roman avec les attentes que l'on peut avoir d'un polar au XXIème siècle. En effet "Le crime de Psychiko" (traduction littérale du titre original) est un récit publié sous forme de feuilleton en 1928 en Grèce par un auteur grec. Au passage Psychiko est un quartier d'Athènes. Ce roman a été écrit au moment où Sir Arthur Conan Doyle terminait les aventures de Sherlock Holmes et où Agatha Christie commençait depuis quelques années à narrer les histoires d'Hercule Poirot. Un polar grec est déjà difficile à trouver alors ici ne boudons pas notre plaisir de tenir là un des tous premiers polars écrit dans ce pays.

L'intrigue est plutôt originale avec cette usurpation de meurtrier mais aujourd'hui elle ne tient plus du tout la route avec les moyens d'investigation modernes et les avancées de la medecine légale. L'histoire est donc clairement surannée. La narration est adaptée à une publication sous forme de feuilleton : les chapitres sont très courts, faciles à lire, sans longues descriptions et surtout ils respectent à chaque fois une unité d'action. Il ne se passe qu'une chose et celle-ci sert l'intrigue principale. Le roman prend un tour intéressant vers la fin lorsque se dégage une sorte de morale bien pensante faisant de ce polar une sorte de conte philosophique. Il y a un peu de Candide chez le personnage principal.

Au final, Psychiko est un roman intéressant pour l'aspect histoire, à reserver à un public spécialiste ou curieux.  

Note : 3 étoiles

Psychiko - Paul Nirvanas

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau