Jean Mariolle

Les louchetracs

Avant-goût :

"Les louchetracs" c'est une plongée dans le Milieu (comprenez le milieu du crime à Paris) avec ses codes, son argot et ses "casses".

Chronique :

Avant de parler du livre en question parlons brievement de son auteur vu que cela a toute son importance. Jean Mariolle connu aussi sous le nom de Jeannot l'écrivain fut un malfrat, un membre du Milieu et un cambrioleur reconnu par ses pairs. Il séjourna aussi longtemps en prison où il commença à écrire.

Son passé de malfaiteur explique donc aisément l'aspect très réaliste du roman. On s'y croirait. L'auteur nous détail ainsi avec beaucoup de précision la mise en place d'une évasion, d'un cambriolage ou encore la vie à la prison de la Santé. C'est passionnant et on sent le vécu. L'ensemble se lit très bien, très agréablement malgré l'utilisation à tout va d'argot du Milieu et de verlan. Pour les lecteurs de moins de 50 ans un glossaire n'aurait pas été de refus tant l'argot abonde. Même si le sens de la plupart des mots est compréhensible grâce au contexte, certaines expressions demeurent obscures.

Par ailleurs l'intrigue est très bien mené et respecte les codes du genre : une bande de malfaiteur souhaitant réaliser un gros casse, l'un d'eux se fait pieger bêtement et il faut l'évader de prison pour pouvoir toucher le pactole. Mais quand le tout parait très réaliste cela ne pose aucun problème et le plaisir de lecture reste intact.

Au final ce roman est passionnant, rafraichissant et rondement mené grâce à la vraie connaissance du Milieu par l'auteur.

Note : 4 étoiles

Les Louchetracs

Commentaires (1)

daniel
  • 1. daniel | 26/03/2014

j ai connu jean en 1973 je tenais un bar a la gare de lyon . beaucoup d annecdotes a raconter mais une m a particulierement marquée . je recois un matin un coup de tel au bar , un type avec un fort accent corse me demande a parler a jean ,il n etait pas la ,le type me dit < dite a jean que ALAIN est d accord pour adapter son livre > ;c etait marcantoni qui appelait pour DELON ; le jour meme jean se faisait arreter pour l affaire des bons casabianca

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau