Marignac, Thierry

Fasciste

Avant-goût :

Le parcours d'un jeune homme dans les eaux troubles des extrêmes...

Chronique :

Fasciste, publié pour la première fois en 1988, résonne étrangement avec l'actualité de la montée du front national en France. Pourtant c'est un roman plus complexe qu'on ne pourrait l'imaginer. Le personnage principal est au final assez ambigu, au fond plutôt perdu. S'il se rallie à des mouvances fascistes c'est plus par rejet de la société, rejet du chemin tracé par la figure paternelle. Les actions au sein d'une milice lui donne un exutoire tout comme la pratique de la boxe Thaï. Il y a en fait très peu d'idéologie dans "fasciste", encore moins de programme. L'auteur ne porte pas non plus de regard, il suit son personnage à la manière d'un caméraman mais sans juger. Outre l'aspect politique, Thierry Marignac créé aussi un personnage de femme extrèmement fort, bien que quasi cantonné à un rôle charnel. Irène, la petite amie du jeune homme qui exerce une grande pression psychologique sur lui, le poussant vers l'extrêmisme et la bestialité. Enfin il dresse aussi le portrait d'un marginal, le personnage du Lieutenant, qui fascine tant le jeune homme, l'hypnotise même. Ce nombre restreint de personnage est décrit avec une écriture dense, recherchée et stylisée. Cela donne parfois l'impression d'être trop écrit et fait souffrir le rythme du roman.

Au final, "Fasciste" est un roman noir assez atypique, jamais pleinement satisfaisant dans son propos.

Note : 3 étoiles

Fasciste - Thierry Marignac

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau