Le Carré, John

L'espion qui venait du froid

Avant-goût :

En pleine guerre froide, Alec Leamas espion anglais se débrouille pour se faire attraper par le bloc de l'Est et fait croire qu'il est en train de vendre des renseignements sur le service d'espionnage anglais. Mais il ne sait pas qu'il n'est qu'un pion sur l'échiquier...

Critique :

Il y a l'espionnage à la James Bond qui en met plein les yeux avec force de cascades, jolies filles, complots mondiaux, etc. C'est sympathique mais loin de la réalité. Il y a aussi l'espionnage très proche du terrain, au plus proche de la réalité, où rien n'est évident, où l'espion joue sa vie à chaque instant car s'il est démasqué c'est la mort. Voilà le type d'espionnage que nous propose John Le Carré dans "The Spy who came in from the Cold".

Dans ce roman tout se joue autour d'une poignée de personnages, moins d'une dizaine, dont seuls trois sont très développés. Les autres existent mais n'interviennent pas, ils sont seulement décrits par les autres personnages. Au départ tout se joue entre l'espion de l'Ouest Alec Leamas et un homme du contre-espionnage de l'Est qui lui fait un interrogatoire serré... En suivant cet interrogatoire le lecteur apprend tout le fonctionnement de l'espionnage côté Ouest mais bien vite l'auteur nous fait comprendre qu'Alec joue un double jeu. Il fait semblant de livrer des informations à l'ennemi. Mais ce que l'on ne comprendra que très tardivement c'est que même Alec n'est qu'une pièce sur l'échiquier...

Ce jeu de dupes d'une finesse incroyable est très difficile à résumer puisque tout se joue sur des non-dits. Toujours est-il qu'à la fin le lecteur reste pantois devant cette intrigue folle !

Au final ce roman d'espionnage est composé de 1% d'action et de 99% de psychologie, c'est une plongée incroyable dans le monde de l'espionnage de la guerre froide à lire absolument.

Note :5 étoiles

espion-qui-venait-du-froid.jpg

Navigation : Auteurs classiques

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau