Kardos, Michael

Une affaire de trois jours

Avant-goût :

De vieux amis d'université qui se retrouvent pour leur week-end de golf annuel.
Souvenirs partagés, bières, pizzas, braquage de supérette et prise d'otage: ce n'est surement pas comme ça que Will, Nolan et Jeffrey avaient envisagé le début de ce long week-end.

Chronique (Bérenger) :

Autant le dire tout de go : le roman est long et l'intrigue traine souvent. La situation initiale, des gens ordinaires qui se retrouvent embrigadés dans une situation peu familière voire déroutante, est un cliché éculé du genre. L'histoire se déroule sans cahots ni heurts et donc sans rythme..
L'utilisation de flash-backs apporte peu à l'intrigue si ce n'est un léger soupçon de psychologie (pour savoir où l'on va, il faut savoir d'où l'on vient, etc.) et une petite quantité de pages supplémentaires. Là aussi la ficelle est grosse.
Malheureusement même les rebondissements de fin paraissent ternes et sans saveur. Pire, l'impression d'avoir déjà vu ce genre de développements dans un film ou une série constitue un des fils rouge de la lecture.

Une fin plate donc, qui conclut un roman lisse et, à mon humble avis, sans grand intérêt. Peut-être que d'autres y trouveront leur compte et apprécieront des subtilités que j'ai peut-être manqué.

Note : 2 étoiles

Acheter "Une affaire de trois jours" sur Fnac.com (5% de réduction, livraison gratuite)
Pour moins de 19€ aux éditions Gallimard

Bérenger

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau