Camut, Jérome et Hug, Natalie

Prédation

Avant-goût :

A Paris, aux alentours du 14 juillet meurt trois personnes de façon singulière, rapidement un point commun apparait et l'inspecteur Rufus Baudenuit est chargé de l'affaire qui l'amènera sur les traces du mystérieux Kurtz ...

A propos : Prédation est le premier volet de la trilogie des voies de l'ombre composée de Prédation, Stigmate et Instinct.

Critique :

Qui a dit que seuls les auteurs américains savaient écrire d'excellents thrillers? La preuve en est que les auteurs français n'ont rien à envier à leurs homologues américains avec l'exemple de Prédation écrit par le talentueux duo d'auteur Jérome Camut et Nathalie Hug. Celui-ci est innovant, il explose les limites du thriller conventionnel en proposant une intrigue inédite dont je n'en dirai pas plus pour ne pas gâcher les surprises. Les chapitres sont courts, et n'offrent aucun répit au lecteur. Outre cette intrigue très réussie on retiendra deux personnages très fort : l'inspecteur Rufus Baudenuit, homme très charismatique qui se décrit comme un ours, et qui sombre peu à peu dans l'alcool et la tourmente... L'autre personnage à retenir est Kurtz, le cerveau machiavélique au coeur de l'intrigue, qui s'hisse aisément au niveau d'un Hannibal Lecter. Le jour où Prédation sera adapté, le personnage de Kurtz deviendra culte. Du point de vue de l'écriture, c'est aussi une réussite, le style des deux auteurs se mélange en un seul, fluide et agréable (peut-être dû au fait que les auteurs sont mariés?). Néanmoins, ce thriller n'est pas parfait, il demeure quelques imperfections, notamment concernant les personnages des enfants, à mon goût, pas assez crédibles.

Ainsi ce thriller écrit à 4 mains se révèle être une véritable réussite, tant sur le plan de l'intrigue que de l'écriture, on en redemande !

Note : 5 étoiles


predation.jpg

Stigmate

Avant-goût :

Kurtz est de retour et il essaye tant bien que mal de se faire oublier pour préparer un nouveau projet mais plusieurs personnes veulent crier vengeance ...

A propos : Stigmate est le deuxième volet de la trilogie des Voies de l'Ombre.

Critique :

Suite du formidable Prédation, Stigmate reprend quasiment là où on avait laissé les personnages (à quelques semaines près). Le principal intérêt de ce roman noir se situe au niveau psychologique. En effet chaque ancien personnage développe sa propre personnalité et se sort ou non du calvaire infligé par Kurtz. Tandis qu'un personnage crie vengeance, un autre sombre dans le syndrome de Stockholm et un autre prône le pardon. Ces différents aspects sont très bien traités et constituent la pierre angulaire, la clé de voûte du récit. Une intrigue secondaire prend rapidement forme dès les premières lignes et apporte son lot de nouveaux personnages. Si bien que pendant toute la 1ere partie du livre on se retrouve à suivre en direct (le présent est beaucoup utilisé) le destin d'une dizaine de personnages en même temps, ce qui peut parfois amener une certaine confusion sur les objectifs de chacun des protagonistes. Attention donc à ne pas trop étaler sa lecture. Beaucoup de morts et de rebondissements jalonnent cette première partie.

La seconde partie du roman, de loin la plus intéressante, nous entraîne sur le destin de quatre personnages qui vont descendre en enfer pour la plupart, l'aspect psychologique est encore plus mis en avant, avec de nombreuses prises de bec et autres confrontations violentes entre protagonistes. Le final est percutant et très sombre, Jerome Camut et Nathalie Hug sont vraiment allés au bout de leur intrigue et ont vraiment pris des risques. On notera par ailleurs que pour apporter un maximum de crédibilité les auteurs ont fait des recherches sur la médecine légale et sur la chirurgie par exemple, c'est appréciable.

Stigmate est un roman noir très fort avec des personnages très sombres qui vont au bout de leurs actions, ici pas de happy end, tout est cohérent. Néanmoins, certains nouveaux personnages ne m'ont pas convaincu.

Note : 3  étoiles


stigmate.jpg

Instinct

Avant-goût :

Pendant que l'ex-lieutenant Daza profite de la vie dans la cambrousse africaine, Kurtz essaye d'échapper à cette contrée très froide où il est séquestré et une mystérieuse femme tente d'échapper à la police à Berlin...

Critique :

Ce troisième volet de la trilogie des voies de l'ombre est encore différent des deux premiers. Certains personnages sont toujours là, d'autres ont définitivement disparus et d'autres encore apparaissent. Il est donc facile de s'y perdre et il faut quelques dizaines de pages pour remettre tout le monde à sa place. Le rythme du départ n'est pas tonitruant, voire relativement lent même si au fur et à mesure que l'intrigue avance il s'intensifie le rythme ne décolle jamais vraiment.

Pour l'intrigue reste très agréable à lire avec un suspense suffisamment bien dosé, des personnages bien campés et crédibles pour la plupart. Le dénouement n'est pas trop tiré par les cheveux et ne finit pas en happy end.

Au final "Instinct" est un bon polar bien calibré mais il manque toutefois l'étincelle qui fait la différence...

Note : 3 étoiles

Instinct.jpg

Analyse de la trilogie

Cette trilogie des Voies de l'Ombre du couple d'auteurs Jérôme Camut et Nathalie Hug ne manque pas de qualités, voici les deux plus importantes :

- A la base de la trilogie se trouve une profonde originalité, les auteurs ne voulant pas créer une intrigue déjà vue mais plutôt quelque chose de très novateur sur le fond. On peut dire que le pari est réussi puisque pour chacun des trois volumes le lecteur est constamment surpris. Par contre, la forme est classique, le rythme de l'oeuvre est privilégié avec des chapitres très courts chacun centrés sur un des protagonistes, chose très courante pour un thriller. Il n'est donc pas étonnant que les livres se lisent très vite avec une petite réserve pour le dernier "Instinct".

- Le deuxième intérêt de cette trilogie réside dans le traitement des personnages. Les auteurs ont pris des risques et pour moi cela a payé. En effet ils ont pris la liberté de ne pas conserver le même personnage central pour les trois romans, chacun est porté par un personnage : Rufus pour Prédation, Andreas pour Stigmate et Daza pour Instinct. Le seul fil rouge étant le personnage si charismatique de Kurtz. Le nombre de personnages est conséquent même parfois un peu trop comme pour Stigmate. L'autre fait à signaler est la volonté des auteurs de créer des personnages profondément humains, non manichéens avec de nombreuses failles. Il existe cependant quelques exceptions comme le personnage de Shan dans Instinct.

Au final de cette trilogie on ne retiendra vraiment que les deux premiers opus, réellement marquant, le troisième n'est pas indispensable puisqu'il manque un peu de souffle au niveau du rythme et puisque l'intrigue est moins convaincante que celles des deux autres.

Navigation : A découvrir