Jean-claude Izzo

Total Kheops

Avant-goût :

Marseille, le soleil, la gastronomie, les quartiers nord, la violence ordinaire, trois amis d'enfance de retour, la mort, l'amour, la vengeance, la vie ...

Critique :

Total Khéops est le premier roman de la trilogie marseillaise de Jean-claude Izzo (Chourmo et Solea complètent la série) qui lui a valu un beau succès. A la lecture de ce désormais classique de la littérature noire française on comprend aisément cette réussite.

En effet dès les premières lignes le lecteur est happé par le texte, autant pour son contenu que pour sa forme. Jean-claude Izzo a une belle écriture preuve en est qu'il a même écrit un recueil de poésie. On se laisse donc porter par les mots choisis avec soin et en un instant, on est transporté à Marseille grâce à de belles images et aux subtilités propres à la cité phocéenne.

Le cadre est donc très bien retranscrit et on sent que l'auteur est amoureux de cette ville, mais est-ce que l'intrigue est à la hauteur ? La réponse oui puisque le roman est passionnant, bien mené et sans temps morts. Cette trame écrite en 1995 a même des résonnances avec l'actualité des quartiers nord de Marseille en 2012 ce qui montre que le propos est ici intemporel et donc très bien vu par l'écrivain.

L'auteur est aussi à l'aise pour décrire Marseille et ses quartiers que pour décrire les personnages et leurs relations. L'amitié tient ainsi une belle place de même que l'amour. De plus cette histoire de trois ex-amis d'enfance nous rappelle l'excellent Mystic River de Dennis Lehane qui partage ce thème et qui se déroule aussi dans une ville chérie par l'auteur (Boston).

Au final Jean-claude Izzo nous offre un superbe roman noir avec une excellente intrigue et un cadre exceptionnel. A ne pas manquer.

Note : 5 étoiles

 

Total Khéops - Jean-Claude Izzo

Chourmo

Avant-goût :

Fabio Montale est de retour à Marseille. Certaines choses ont changées mais les ennuis refont vite surface.

Chronique :

Après Total Kheops, Jean-Claude Izzo réitère la performance de signer un très bon roman noir se déroulant dans la cité phocéenne. Cependant cette fois-ci l'effet de surprise ne joue plus et tout le début du roman a un air de déjà vu, certes agréable mais sans surprise. L'intrigue parait simple de prime abord mais se révèle de plus en plus complexe au fil du roman. Prouvant le talent de l'auteur pour tisser une toile qui se referme sur le personnage principal et le lecteur.

Encore une fois, quasiment 20 ans après l'écriture du roman, le contenu rappèle l'actualité et nous montre qu'il n'y a rien de bien nouveau concernant les réglements de compte à Marseille, la division entre quartiers Nord et quartiers Sud et aussi la montée de l'intégrisme religieux et du fanatisme qui dérive en terrorisme. En particulier dans Chourmo est traité le cas de l'embriguadement islamiste amenant au djihadisme et ce bien avant les évènements tragique liés à Mohammed Merah. On peut voir alors dans Chourmo un sens quasi prophétique : Jean-Claude Izzo nous montre que le terreau était déjà prêt à l'époque.

Pour l'auteur, Marseille c'est aussi une certaine douceur de vivre, un endroit où règne l'amitié, l'amour, la bonne nourriture de la mer sans oublier le vin. C'est aussi une ode au melting-pot culturel avec des quartiers comme le Panier où se mélange les nationalités issues des différentes vagues migratoires (italiennes, maghrébines, ...) que Jean-Claude Izzo analyse avec sa facilité déconcertante, cette capacité de mettre les mots justes sur des phénomènes préssentis mais non formulés.

Au final Chourmo est dans la droite lignée de Total Khéops, un très bon cru, la surprise en moins.

Note : 4 étoiles

Chourmo - Jean-Claude Izzo

Solea

Avant-goût :

Babette, amie de longue date de Fabio, a fait une enquête brûlante sur la mafia. Malheureusement les conséquences sont terribles pour ses proches et ceux de Fabio...

Chronique :

Pour le dernier volet de sa trilogie autour du personnage de Fabio Montale, Jean-Claude Izzo a choisi d'axer son intrigue sur la mafia. Pour ce faire, il utilise des articles de journaux qu'il mentionne en exergue du roman et dont il cite ou paraphrase des extraits en cours de roman. Cela fonctionne plutôt bien car le personnage de Babette est journaliste. Le thème de la mafia est un peu trop classique dans le monde du polar pour réellement surprendre. Oui il y aura des tueurs et du sang. On reprochera surtout à Jean-Claude Izzo de rendre les mafieux trop portés sur la gachette : en quelques jours les cadavres s'enchainent autour de Fabio alors qu'il n'est que peu lié à Babette. C'est un peu difficile à avaler. On aurait plus pensé à des avertissements sous forme de tabassage que directement des assassinats. Un roman de Jean-Claude Izzo ce n'est pas qu'une intrigue. C'est aussi un chant d'amour envers Marseille, envers un certain art de vivre méditerranéen, la nourriture, le vin, l'amour. On y trouve de belles réflexions, des phrases qui font mouche, un peu de poésie, de chanson.

Avec Solea, Jean-Claude Izzo prouve encore qu'il sait conjuguer superbement polar noir et belle littérature.

Note : 4 étoiles

Solea - Jean-Claude Izzo

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau