Joseph Incardona

incardona.jpg

Remington4 étoiles
Lonely Betty                                             
220 Volts 5 étoiles
Trash Circus 4 étoiles
Derrière les panneaux, il y a des hommes 4 étoiles

Remington

Avant-goût :

Matteo jongle entre la boxe, son emploi chez Fixe Gardiennage, les Assedics et l'écriture. Mais ne perce pas qui veut, donc Matteo s'inscrit à un atelier d'écriture où il rencontre Elsa...

Chronique :

Etonnant est l'adjectif qui qualifie le mieux cette incursion de Joseph Incardona dans le roman noir. Etonnant car l'auteur a parfaitement su exploité le potentiel de son histoire. L'intrigue est très linéaire, autant le dire tout de suite il n'y a pas de rebondissements et il est très aisé au lecteur de connaître la fin...

Et pourtant c'est une des forces de ce roman noir. L'écriture est très plaisante à lire, sans fioritures, tout en courtes phrases qui décrivent l'essentiel. Matteo s'exerce à écrire en prenant comme base des faits divers coupés dans le journal, mais ce qu'il ne comprend pas c'est que c'est son histoire personnelle qui deviendra un fait divers...

Aussi, on pourrait comparer "Remington" à un tableau, celui de la France de 2008 avec ses hommes qui vivent au jour le jour étant menacé de perdre leur travail du jour au lendemain, c'est le portrait de ces hommes que l'amour a détruit et c'est le portrait de notre société qui pousse l'individualisme à son paroxysme...

"Remington" apparait donc comme une très bonne surprise, un roman noir vraiment efficace pour un excellent moment de lecture.

Note : 4 étoiles

remington.jpg

Lonely Betty

Voici aujourd'hui la critique d'un mini roman noir signé Joseph Incardona. De part sa taille je ne peux pas écrire une critique conventionnelle du livre. Cela n'aurait pas de sens. Je vous propose donc une critique toute simple, toute personnelle sur les points forts et faibles de ce court roman.

En premier point fort on peut souligner l'humour puisque l'auteur n'hésite pas à utiliser des situations cocasses ou à s'adresser directement au lecteur pour provoquer un sourire. Ensuite les personnages sont très sympathiques et bien décrits en peu de termes mais suffisamment pour qu'ils paraissent humains. Le dernier point fort concerne les changements de point de vue, très réussis.

Par contre le roman souffre de quelques faiblesses la première étant le nombre trop important de personnages pour un si court roman, on s'y perd un peu. Ensuite bien que sympathique l'intrigue est un peu trop légère mais joue quand même sur la carte de l'humour.

Au final on a là un court roman sympathique mais sans plus, idéal pour un trajet en train par exemple.

Prix : 13€ aux éditions Finitude.

Lonely-Betty.jpg

220 Volts

Avant-goût :

Prenez un écrivain en manque d'inspiration et sa femme qui décide d'aller se resourcer à la campagne... Pas forcément une bonne idée lorsqu'il y a des problèmes de couples sous-jacents...

Chronique :

Ce nouveau roman de Joseph Incardona a beaucoup de traits en commun avec son roman Remington. Est-ce une mauvaise chose ? Pas du tout, tous les deux sont excellents sans que cela sente le réchauffé. On retrouve ainsi un auteur dans le rôle principal, l'amour et ses aléas en filigrane et finalement le rapport à l'écriture en fil rouge.

Joseph Incardona nous propose donc une variante très réussie et convaincante des thèmes classiques du roman noir. Le recit se suit très facilement grâce à la langue toujours fluide de l'auteur et aussi par un nombre de pages idéal pour ce genre d'intrigue relativement simple : moins de 300 pages qui se dévorent toutes seules.

On pourrait éventuellement reprocher à l'auteur d'utiliser les mêmes ficelles que pour Remington mais ici franchement le lecteur ne boude pas son plaisir car le récit est très bien mené. Bref il sera intéressant de voir ce que donne le prochain Incardona.

Au final ce roman noir est un excellent moment de lecture qui utilise parfaitement les codes du genre.

Note : 5 étoiles

220volts.jpg

Trash Circus

Avant-goût :

Frédérique évolue dans le milieu de la télé réalité. Cet homme a une double face lorsqu'il se mèle aux plus violents des supporters parisiens...

Chronique :

Dès le début, il est clair que le lecteur ne pourra s'attacher au personnage principal du roman : Fred. Cela est un peu dérangeant de prime abord car le roman est écrit à la première. Fred est détestable, il n'a pas de morale, est imbu de lui-même et même complètement déjanté. Ses excès en tout genre ne sont jamais justifiés. La première partie du roman nous présente donc ce personnage sans que l'on comprenne où se situe l'intrigue.

Pourtant, lorsque l'intrigue démarre vraiment après une scène clé, on s'aperçoit que les élèments de l'intrigue étaient déjà là, juste sous la surface de trash. Le roman gagne du sens et devient alors beaucoup plus accrocheur.

La dernière partie est la meilleure avec Fred qui devient complètement paranoïaque et dévastateur. Le roman se termine de manière magistrale avec un ultime rebondissement très bien vu.

Le style est agréable à lire et monte en puissance avec l'intrigue.

Au final, "Trash Circus" est loin d'être un polar conventionnel avec un personnage principal dérangeant fortement mais fascinant tout autant. Un roman coup de poing réussi.

Note : 4 étoiles

trash-circus.jpg

Derrière les panneaux, il y a des hommes

Avant-goût :

Sur l'autoroute une jeune fille est enlevée...

Chronique :

Joseph Incardona aime se renouveller et changer de décor, de style, et de personnages. Une chose reste : le roman noir assumé. Ici l'auteur s'intéresse à une aire d'autoroute et y reste quasiment exclusivement. Ce parti pris est une belle réussite car cela force le récit à développer toute une galerie de personnages : il y a évidemment le personnel de l'aire puis les policiers mais aussi une prostituée, le kidnappeur, une diseuse de bonne aventure et j'en passe. Ces protagonistes forment le point fort du livre. L'intrigue est plutôt bonne, quoique confuse par moment avec les changements de point de vue entre les personnages. Néanmoins elle demeure bien construite et on soulignera que le but n'est pas de connaître le kidnappeur (on le sait rapidement) mais plutôt de découvrir les raisons ce qui est bien souvent plus intéressant. Du côté du style on peut dire que Joseph Incardona se fait plaisir aussi bien avec la syntaxe que sur le fond avec des phrases parfois très courtes, comme scandées.

Au final Joseph Incardona propose un roman noir bien mené avec une vraie originalité rafraichissante.

Note : 4 étoiles

Derrière les panneaux, il y a des hommes - Joseph Incardona

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau