Herbert Lieberman

Nécropolis

Avant-goût :

Le Dr. Koenig est le chef de l'institut médico-légal de New York. Plusieurs affaires sordides secouent la ville mais c'est la disparation de sa fille qui l'inquiète ...

Critique :

Écrit en 1976, Nécropolis (city of the dead) est un classique du roman noir américain. Dès les premières pages on comprend pourquoi. Herbert Lieberman a tout simplement écrit le roman de référence sur le personnage de médécin légiste. On est bien loin de Patricia Cornwell et sa gentille légiste Kay Scarpetta. 

La multitude de détails sur ce travail bien particulier nous indique que l'auteur a fait beaucoup de recherche sur le sujet pour rendre le personnage principal crédible. Pour une fois la note "âmes sensibles s'abstenir" est justifiée. Toutefois il n'y a rien d'insoutenable et Herbert Lieberman n'en fait pas des tonnes dans l'horreur.

Outre la précision chirurgicale dans la description du travail de légiste, l'auteur a eu la bonne idée de ne pas transformer le Dr Koenig en super-légiste. En effet, le personnage reste un homme avec ses doutes, ses colères, son caractère suffisant et même déplaisant. Il se tue au travail, certes, mais reste toujours dans son rôle de médécin légiste, il ne part pas à la traque d'un tueur ni joue au policier.

Ainsi les enquêtes sont partagées entres plusieurs personnages et avancent séparément sans retournement de situation incroyable ou de liens improbables entre les affaires. Le mot d'ordre de l'auteur étant de rester réaliste coûte que coûte et c'est réussi.

Ainsi, Herbert Lieberman réussit un tour de force avec Nécropolis : il montre qu'un médécin légiste peut être le centre d'un roman passionnant. Très noir, le livre est loin d'être tout public. Inutile d'espèrer une fin heureuse.

Note : 4 étoiles

 

necropolis.jpg

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau