Fitch, Stona

Aveuglé

Avant-goût :

Un américain en déplacement professionnel en Belgique, se fait kidnapper, il se retrouve sequestré dans un appartement. 

Chronique :

Attention : cette chronique dévoile une grande partie de l'intrigue. Lisez-la en connaissance de cause.

"Aveuglé" ou plutôt de son titre anglais "Senseless" de Stona Fitch est un court thriller d'environ 250 pages au format poche, dont l'intrigue fait penser à la série de films horrifiques "Saw". Le principe est très simple un américain est enlevé pour ses liens avec le capitalisme, mis dans un appartement et privé de ses sens, un par un. Le tout est filmé en continu, façon télé-réalité, visible en direct par des millions d'internautes qui ont le choix de faire cesser ou continuer cette torture.

La pauvreté de l'intrigue explique le faible nombre de pages du roman. L'épaisseur aurait été encore plus faible si on enlève les pages de remplissages qui font des flash-back dans la vie du personnage principal pour montrer à quel point il chérissait son sens gustative avant qu'on ne lui enlève. Le procédé fonctionne au début mais au bout de plusieurs fois il devient très vite répétitif et sonne faux. Le nombre très limité de personnages (la victime, les tortionnaires, le Docteur) et leur traitement superficiel (à part la victime) ne présente que peu d'intérêt.

Là où le roman est le plus décevant est dans la justification de la torture. Les motivations des tortionnaires sont brievements évoquées, mais en total décalage avec leurs actions. En bref, pour dénoncer le capitalisme américain il faut priver de ses sens un homme. L'auteur essaye aussi de faire passer ce délire de torture pour une remise en question de la culture voyeuriste portée par la télé-réalité. La fin en queue de poisson ne résout rien et ajoute à la déception générale.

Au final, ce roman plaira peut-être à un public amateur de torture physique et psychologique, le reste du public peut passer son chemin sans regrêt. 

Note : 2 étoiles

Aveuglé - Stona Fitch

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau