Connelly, Michael

Le Poete

Avant-goût :

Sean McEvoy, enquêteur, est retrouvé mort au volant de sa voiture de fonction, tout laisse penser à un suicide... Pourtant certains petits détails font croire à Jack McEvoy, journaliste et frère jumeau de Sean, que ce n'est pas le cas. Il devra donc mener l'enquête, seul contre tous...

Critique :

La recette magique du bon polar de Michael Connelly est très simple : "il faut prendre l'idée de départ et la changer". Dans "Le Poète", il utilise sa connaissance parfaite du monde journalistique, ayant été lui-même journaliste au réputé Los Angeles Times section affaires criminelles et judiciaires, afin de donner un ton très réaliste à son roman, l'immersion dans l'enquête est totale, tout est criant de réalisme. Il en profite aussi pour distiller tout au long du roman de menus détails qui auront beaucoup d'importance à certains moments clé. Il en découle une intrigue extrêmement bien ficelée, il est quasi impossible pour le lecteur d'en découvrir le ressort final, à moins de prêter attention à chaque détail. Michael Connelly se démarque ainsi par son amour des détails utiles, caractéristique qu'on ne retrouve chez aucun autre auteur du genre, du moins dans cette proportion.

C'est cette précision et cette maîtrise parfaite de l'intrigue qui font que "Le Poète" est un grand roman, un modèle du roman policier, un incontournable du polar.

Note : 5  étoiles


poete2.jpg

Wonderland Avenue

Avant-goût :

Des ossements, enterrés sur une pauvre colline, des ossements vieux de vingt ans, vestiges d'un meurtre affreux ...

Critique :

Ce 8eme polar de la série Harry Bosch est original, puisque le LAPD est amené à enquêter sur un meurtre commis vingt ans plus tôt. Donc il n'est pas facile de faire la lumière sur les événements tant de choses ont changés pendant vingt années. Harry Bosch se met donc à douter tant les pistes infructueuses s'accumulent, tant les contradictions s'amoncellent. Le lecteur partage les déboires du flic, sur le plan professionnel et personnel. Ainsi les personnages sont très travaillés et profondément humains, l'intrigue est très bonne avec beaucoup de fausses pistes et rebondissements qui relancent sans cesse l'intérêt du lecteur. Toutefois le rythme n'est pas non plus affolant mais on ne s'ennuie pas du tout. L'intrigue propose aussi une réflexion sur ce que peut endurer un homme, qui plus est un flic, avant de craquer et de tout envoyer balader.

Au final, Wonderland Avenue est une bonne enquête porté par le personnage si humain de Hieronymus Bosch.

Note : 3  étoiles


wonderland-avenue.jpg

Los Angeles River

Avant-goût :

Le Poète est de retour, et il se paye le luxe de téléphoner à Rachel Welling qui le traque sans cesse et il apparaitra aussi sur la route d'Harry Bosch, obligé bien malgré lui à collaborer avec le FBI ...

Critique :

Ecrire une suite n'est jamais facile, surtout quand le roman précédent est considéré comme un ouvrage de référence en matière de roman policier. Premier constat, cette suite est relativement courte : un peu plus de 300 pages. Court non pas parce que Michael Connelly n'avait pas assez de matériaux mais plutôt pour éviter les détails superflu, en effet comme c'est une suite, la plupart des personnages ne sont plus à présenter. Il faut souligner un point mi-positif mi-négatif, pour profiter pleinement de Los Angeles River il faut obligatoirement avoir lu Le Poète et il est conseillé d'avoir lu "Créance de Sang" et "l'Oiseau des Tenebres" donc les fans de Michael Connelly apprécieront cette croisée des personnages mais le lecteur de Connelly occasionnel n'y trouvera pas totalement son compte, ayant l'impression de ne pas avoir toutes les cartes en main pour comprendre l'intrigue. Celle-ci est très bonne grâce à l'absence de temps mort et grâce aux différents points de vue alternés. On retiendra aussi certaines scènes très visuelles comme celle de la caravane. Quant à la fin elle est aussi réussie et laisse une ouverture exploitable pour d'autres romans.

En somme Los Angeles River est un très bon roman policier mais surtout adressé aux habitués des intrigues de Michael Connelly.

Note : 4  étoiles


Los-angeles-river.jpg

L'Envol des Anges

Avant-goût :

Harry Bosch doit enquêter sur le meurtre d'un brillant avocat qui jouissait d'une forte popularité au sein de la communauté noire de Los Angeles...

Critique :

Cette enquête d'Harry Bosch se déroule une fois encore à Los Angeles sauf que le climat est ici vraiment électrique avec en toile de fond des émeutes.
Que dire de plus que ce qu'il a déjà été dit, le personnage principal est passionnant, l'enquête est très bien menée, sans temps mort ni artifices grossiers pour maintenir le suspense.

On a donc là un "Connelly" toujours très plaisant à lire sans être toutefois très original.

Note : 4  étoiles

Envol-des-anges.jpg

La lune était noire

Présentation de l'éditeur :
Contrainte de passer à l'action pour protéger le secret qui la déchire, Cassie Black, en liberté conditionnelle, décide de cambrioler la suite d'un grand flambeur du Casino Cleopatra, à Las Vegas. Caméras de surveillance, gardes armés, coffres-forts blindés, la sécurité est sans faille - et dirigée par un certain Karch, individu sadique et retors. S'attaquer à lui, c'est courir à la mort, mais c'est le risque que doit prendre Cassie si elle veut réussir.

Chronique :

Dans ce roman Michael Connelly sort de son personnage habituel, Harry Bosch. Il se focalise donc sur une jeune femme charismatique, n'ayant pas froid aux yeux, Cassie Black. Son portrait sonne très juste, l'immersion du lecteur dans la peau du personnage principal est parfaitement réussie. L'intrigue nous entraîne rapidement dans l'univers des casinos de Las Vegas pour un cambriolage d'une des suites. Mais rapidement tout ne se passe pas comme prévu et on assiste alors à une course poursuite entre Cassie Black et Karch, responsable de la sécurité.
Au moment où le lecteur s'y attend le moins, Michael Connelly change complètement la donne avec un ultime rebondissement bien vu. Dommage d'ailleurs que celui-ci n'ait pas été exploité plus tôt dans le roman.

Tout compte fait ce roman de Michael Connelly est agréable à lire mais aurait pu être mieux exploité.

Note : 3  étoiles

Llune-etait-noire.jpg

Le cinquième témoin

Avant-goût :

Mickey Haller est avocat, il s'occupe habituellement de la défense des personnes victimes de saisies immobilières. Sauf que cette fois-ci sa cliente Lisa Trammel est accusée du meurtre d'un homme participant à la saisie de la maison.

Le livre audio :

Le comédien François Tavarès réalise la lecture de ce livre de manière brillante avec les intonations et l'intensité qui conviennent bien à l'atmosphère du tribunal. 

Chronique :

Le contexte du "Cinquième témoin" est la crise des subprimes de 2008 qui a conduit nombre de ménages américains à ne plus pouvoir payer les traites de leurs maisons et donc de se voir saisis, déposédés de tout. Michael Connelly réussit bien a dressé le portrait des acteurs de ce genre de saisie. Si le parti pris est naturellement celui de la victime, l'auteur ne fait pas trop dans le pathos mais épingle tout de même le système banquaire et immobilier.

Le coeur du roman est tout de même la défense de Lisa Trammel et là Michael Connelly utilise son savoir-faire d'écrivain pour réaliser un modèle de thriller judiciaire avec des descriptions très précises et réalistes de la vie de la Cour. Le lecteur navigue alors entre plaidoiries de la défense et accusations du ministère public avec le juge en régulateur au milieu. Michael Connelly centre son action autour du tribunal mais il détaille aussi la vie personnel de son personnage principal, l'avocat de la défense, notamment ses déboires avec son ex-femme qu'il essaie de récupérer. Les collaborateurs de l'avocat ne sont pas oubliés et forment une galerie de personnages bien campés.

Au final, Michael Connelly livre un polar judiciaire bien mené, réussi et maintenant toujours le suspense du verdict final.

Note : 4 étoiles

 

The Black Box

Avant-goût :

Lors des émeutes à Los Angeles une jeune femme étrangère se fait tuée dans une allée. Non loin de là Harry Bosch arrive sur les lieux. 20 ans plus tard, il reprend cette affaire classée...

La collection Harrap's yes you can :

Le principe de cette collection novatrice est de proposer l'intégralité du texte en VO mais sur chaque page dans la marge sont traduits les mots et expressions difficiles. Ceci pour aider les lecteurs francophones. Même un débutant pourra lire ce livre car environ 15 mots/expressions sont traduites par page, de quoi lever toutes les difficultés.

Chronique :

Pour sa 25ème enquête sous la plume de Michael Connelly, Harry Bosch ne perd pas son savoir-faire. L'auteur est en terrain connu et montre sa maîtrise du roman policier procédural. Son sens du détail rend Harry toujours crédible dans son quotidien : au bureau où son chef essaie de lui mettre des batons dans les roues, au foyer où il tente de consolider une relation père-fille et en amour avec sa compagne actuelle, plutôt en retrait dans ce livre. L'intérêt de cet opus se trouve dans le parallèle entre la courte enquête de l'époque et sa suite au temps présent où Harry remonte le temps et gratte sous la surface pour reconstituer toute l'histoire. Si l'ensemble est bien mis en place et se lit facilement, la fin est en demi-teinte, trop échevelée pour être véritablement crédible. C'était là toute la difficulté : comment gérer l'inévitable confrontation finale ? Michael Connelly rate un peu le coche là-dessus.

Au final cette histoire de cold case est bien menée, solide sauf à la fin.

Note : 3 étoiles

The Black Box - Michael Connelly

Navigation : Auteurs populaires

Navigation : Auteurs américains

Navigation : Auteurs de thrillers

Commentaires (6)

Rom'
  • 1. Rom' | 30/06/2010
Pour Moi, Le Poète reste l'un des meilleurs de Connelly. Mais son nouveau, l'Epouvantail est un très bon livre.
A-Jelis
Pour moi, le top c'est Lumière morte peut être. Pour Créances de sang, j'ai été tres déçue du film. une vraie daube..
Xavier
Pour moi, le meilleur Connelly avec Créance de sang. Oui avec Connelly, on est vraiment dans l'enquête avec son suivi au millimètre de l'enquête.
Cécile
Bon alors je te conseillerai Le Grand Nulle Part (et oui comme mon blog, quelle surprise!!! ^^) qui est le tome 2 du quatuor de Los Angeles et se situe entre Le Dahlia Noir et LA Confidential. Tu peux aller voir sur ce lien l'article Wikipédia qui en parle mieux que moi http://fr.wikipedia.org/wiki/Quatuor_de_Los_Angeles.
Clément
Bonjour Cécile,
ce n'est pas que j'aime pas James Ellroy, mais plutôt que je ne l'ai pas encore lu !
Mais ne t'inquiètes pas, le dahlia noir est dans ma PAL. Et j'espère pouvoir lire aussi LA Confidential...
"so many books, so little time" ...
Cécile
Bonjour,
Je découvre votre site que je trouve très intéressant. En effet, j'aime beaucoup les polars et presque tous les auteurs que vous citez.
Cependant, je ne vois pas figurer James Ellroy. Vous n'aimez pas ?

Voir plus de commentaires

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau