Polars pour l'été 2013

L'été est déjà là et Polars Addict s'associe à Polars Pourpres pour vous proposer une sélection de polars sortis récemment à lire sur la plage, à la montagne ou dans le jardin !

Voici celle de Polars Addict et retrouvez celle d'autres blogueurs sur le site de Polars Pourpres.

Le chasseur de lucioles de Janis Otsiemi

Pour cet été, prenez le premier avion venu pour Libreville au Gabon. 
Janis Otsiemi et son français très local vous emmènera faire la fête en compagnie des ambianceurs, petits malfrats et autres lucioles (prostituées). 
Vous pourrez ainsi redécouvrir l'Afrique et ses problèmes habituels sous une lumière nouvelle. 
Roman noir certes mais avec une langue pleine de couleur. Un polar léger, idéal pour la plage.

Lire la chronique complète sur Polars Addict

On the brinks de Sam Millar

Si la chaleur africaine ne vous convient pas vous pouvez toujours opter pour l'Irlande avec Sam Millar. Habitué des romans noirs coups de poing, il nous présente-là, 
pour la première fois en français, son tout premier ouvrage : une autobiographie. 
Pourtant le pitch a tout d'un roman : membre de l'IRA, il subit l'horreur des geôles de la prison Thatcherienne de Long Kesh. Il sera un des acteurs de la dirty protest "protestation par la saleté". 
Sorti de prison il embarque pour les Etats-Unis. Il commence en tant que croupier dans un casino de New York avant de participer à un des plus gros casse de l'histoire américaine. 
Avec ses complices il réussit à voler plus de 7 millions de dollars dans un dépôt de la Brinks. Rattrapé plus tard par les faits, il passe par aussi par la case prison aux Etats-Unis. 
Tout ça pour terminer auteur de polar en Irlande ! L'histoire est fascinante.

Lire la chronique complète sur Polars Addict

L'arc-en-ciel de verre de James Lee Burke

On terminera l'été avec un nouveau beau roman de James Lee Burke. Comme d'habitude il nous emmène en Louisiane avec son personnage récurrent Dave Robicheaux. 
On tombe une nouvelle fois amoureux du bayou, de ses sons et de ses couleurs que l'auteur sait si bien retranscrire. 
Cela vaut le coup de prendre son temps, d'apprécier chaque phrase et de se laisser emporter. Vous pensiez que les auteurs de polars ne savaient pas écrire aussi bien que les auteurs de littérature blanche ? Quelle erreur !

Lire la chronique complète sur Polars Addict

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau